O. Chastel: "Régions, Communautés et pouvoirs locaux doivent aussi faire l'effort"

Olivier Chastel (MR), ministre du budget, invité de Matin première
Olivier Chastel (MR), ministre du budget, invité de Matin première - © RTBF

"La Commission a été responsable dans ses décisions" : tel est l’avis du ministre fédéral du Budget, Olivier Chastel. Le ministre libéral est, de fait, beaucoup moins critique vis-à-vis du rapport de la Commission sur les finances belges, et ce contrairement aux responsables des autres partis francophones. Il appelle néanmoins les entités régionales, communautaires et les pouvoirs locaux à prendre leur part de travail dans l’important exercice d’assainissement qui s’annonce pour les finances belges.

Olivier Chastel l’affirme : de son point de vue, "la Commission, contrairement aux craintes que nous avions, a été très responsable". L’aspect positif, poursuit le ministre du Budget, c’est qu’elle a bien noté que la Belgique a pris des mesures importantes en 2012. "La Commission nous dit aujourd’hui : ‘Vous vous êtes imposés un nouveau programme de stabilité, imposant es efforts structurels en 2013 et en 2014, nous vous demandons simplement de le respecter’ ;  je trouve cela légitime".

Pour Olivier Chastel, il n’y a pas grand-chose de surprenant dans les recommandations européennes. "On sait que la Commission est très critique ; elle l’est depuis plusieurs années", dit-il. "Il faudra probablement réfléchir pour les années à venir à la façon de mettre en œuvre un certain nombre de ces recommandations", même si la Commission doit nous laisser le choix des moyens pour atteindre l’objectif fixé. "Nous ne serons donc pas obligés de tout mettre en œuvre", affirme le ministre.

Régions, Communautés et pouvoirs locaux également responsables

Mais, pour ce dernier, certains points sont incontournables. "On sait la manière avec laquelle on a traité en début de législature la pension et la fin de carrière ; ce sont des éléments importants de soutenabilité".

Un des points fondamentaux, estime Olivier Chastel, est la contribution des Régions, Communautés et pouvoirs locaux à l’effort. "C’est l’ensemble du paysage financier belge, en ce compris Régions, Communautés et pouvoirs locaux, qui doit répondre à cette exigence de la Commission d’élaborer un certain nombre de mesures visant 0,25% de notre PIB", dit-il.

Optimisme

Mais, estime aussi Olivier Chastel, la Belgique est bien partie pour "être dans les clous" cette année. "Le bulletin n’est pas bon sur les trois dernières années, mais la Belgique a fait en 2012 les efforts nécessaires".

"Nous sommes partis de l’élaboration du budget d’une croissance avoisinant 1% pour terminer avec une croissance négative", rappelle-t-il. "Nous échouons  très près de la ligne à 3,15% de déficit, auxquels nous devons ajouter la capitalisation de Dexia". 

Et il se dit plutôt confiant : "Nous serons en dessous des 3% cette année, puisque, dans notre propre programme de stabilité, nous atteignons un déficit nominal de 2,5%".

W. Fayoumi

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK