Marghem: "La baisse du prix de l'électricité justifie les décisions du dossier nucléaire"

Nucléaire: pour la ministre Marghem, la baisse du prix de l’électricité justifie les décisions prises
2 images
Nucléaire: pour la ministre Marghem, la baisse du prix de l’électricité justifie les décisions prises - © Tous droits réservés

Alors que le gouvernement français annonce qu’il pourrait bien prolonger la vie de ses centrales nucléaires de dix ans, les nuages, nucléaires eux-aussi, s’accumulent au-dessus du gouvernement Michel. Tribunal de première instance, Conseil d’Etat, Cour constitutionnelle… les plaintes et les recours pleuvent à l’encontre des décisions fédérales.

Pour défendre son bilan, et ses décisions, la ministre fédérale de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable, Marie-Christine Marghem(MR), était l’invitée de Baudouin Rémy dans "L’Interview" des décodeurs.

De l’intérêt de prolonger Doel 1 et Doel 2

D'emblée, la question posée par la Commission européenne relative à l’utilité de prolonger Doel 1 et Doel 2 s'invite sur le plateau. Après avoir louvoyé quelque peu, Marie-Christine Marghem répond: "Nous en avions besoin parce que nous savons qu’ à l’horizon 2017-2019 les importations venant de Hollande vont diminuer fortement. C’est en partie ce que nous allons répondre à la Commission européenne. Et non, ces prolongations ne consistent pas en une aide d’Etat, même si la Commission est la seule à pouvoir décider de cela. Mais nos arguments préparés pour lui répondre sont bons".

Mais si au gouvernement tout le monde semble parler d’une même voix, ce n’est pas le cas partout. Au cœur géographique de la polémique, à Tihange, c’est une conseillère communale, ex-porte-parole du forum nucléaire et membre du parti de la ministre, qui demande au gouvernement fédéral de "ré-envisager la décision de relancer Tihange 2", le réacteur sujets aux micro-fissures.

Cela ne préoccupe pas outre mesure la ministre de l’Energie puisque pour elle: "Tihange 2 n’a pas 40 ans, et si l’AFCN estime que l’exploitation est sûre, Electrabel pourra l’exploiter jusqu’au terme de cette période".

Saint Nicolas tous les jours pour Electrabel

À cette petite phrase d’Ecolo soulignant le fait qu’Electrabel ne paye plus qu’une taxe de 150 millions là où auparavant la rente annuelle s’élevait à 550 millions, Marie-Christine Marghem souligne le caractère variable de cette taxe qui, le cas échéant, pourrait rapporter plus de 150 millions. Pourrait, car actuellement ce n’est pas encore le cas. Autre raison invoquée pour justifier cette baisse substantielle, la baisse du prix de l’électricité sur les marchés de gros. Une diminution qui ne permettrait plus au gouvernement de demander le demi-milliard d"euros que regrette tant l'opposition.  

Ces aspects du sujet ainsi que ceux relatifs aux énergies renouvelables, à la caution d’Etat peuvent être revisionnés dans la vidéo intégrale de "L'Interview" des Décodeurs. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK