Nucléaire: pour l'opposition, la relance de Doel 3 et Tihange 2 pose question

La centrale de Tihange.
La centrale de Tihange. - © ERIC LALMAND - BELGA

Suite au feu vert donné par l'Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) à la relance de Doel 3 et Tihange 2, la prolongation des centrales de Doel 1 et 2 n'est plus nécessaire, estime le PS. 

"Les 2000 mégawatts supplémentaires que fourniront à nouveau Doel 3 et Tihange 2 sont amplement suffisants pour assurer notre sécurité d'approvisionnement. Prolonger Doel 1 et 2, les plus vieux réacteurs du parc nucléaire belge, serait dangereux, coûteux et inutile, tant au niveau de la sécurité que de notre volonté de sortie du nucléaire prévue en 2025. Si le gouvernement persiste dans cette voie, il confirme ainsi son choix idéologique du 'tout au nucléaire' et décourage les investissements nécessaires à la transition énergétique", a expliqué la députée Karine Lalieux.

Le PS réclame par ailleurs la fin des négociations avec Electrabel sur la prolongation de Doel 1 et 2 ainsi que sur la rente nucléaire. Il plaide pour le maintien de la contribution mise en place en 2008 par Paul Magnette, qui a déjà rapporté 2,5 milliards d'euros à l'ETat et a été validée par la Cour constitutionnelle.

Les socialistes francophones demandent l'audition dans les meilleurs délais du directeur de l'AFCN, Jan Bens, devant le parlement et la transmission des documents qui y sont relatifs.

"Après le feuilleton l'année dernière qui avait vu les deux réacteurs être relancés suite à une décision de l'AFCN, puis remis à l'arrêt sur décision d'Electrabel, il est indispensable que le patron de l'agence explique la solidité de sa décision et lève nos inquiétudes légitimes sur la rapidité de la décision dans un dossier aussi sensible", a dit le député Eric Thiébaut.

Ecolo veut des explications au Parlement

Le feu vert donné par l'Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) à la relance de Tihange 2 et Doel 3 suscite plus de questions qu'il n'apporte de réponses, estime Ecolo qui juge par ailleurs la prolongation des centrales de Doel 1 et 2 désormais caduque.

"C'est une décision qui pose plus de questions qu'elle n'apporte de réponses. Il y a une confirmation de 13 000 fissures à Doel et 3000 à Tihange, cela ne va pas sans poser de problème. Dans le millier de pages mises en ligne par l'AFCN, un des experts émet en outre des réserves à la décision dans un avis minoritaire", a expliqué le chef de groupe à la Chambre, Jean-Marc Nollet.

Au mois de juin, la Chambre a approuvé au termes de longs et vifs débats la prolongation des réacteurs de Doel 1 et 2 qui devaient être arrêtés cette année, en vertu de la loi sur la sortie du nucléaire de 2003.

"Ce qui est clair, c'est que la prolongation de Doel 1 et 2 n'est absolument plus nécessaire. La CREG avait déjà relativisé le risque de pénurie d'électricité cet hiver. Aujourd'hui, la décision prise pour Doel 1 et 2 est dépassée. J'appelle le gouvernement à y renoncer. La Belgique s'enferme dans une énergie du passé", a expliqué M. Nollet.

Les Verts vont éplucher les avis publiés par l'AFCN. Ils demandent d'ores et déjà aux responsables de l'AFCN de venir s'expliquer devant le parlement.

Le cdH perplexe

Pour le cdH, de nombreuses questions pèsent sur la décision de l'Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN). Les centristes pointent du doigt l'avis minoritaire défavorable rendu par un expert et rappellent certaines déclarations du directeur de l'AFCN, Jan Bens, selon qui le nombre d'indications de fissures dans la cuve de Doel 3 était "fort élevé".

"Peut-on dès lors admettre une marge même minime d'insécurité? Nous ne le croyons pas. Il est indispensable que les précautions maximales en matière de sécurité soient garanties et qu'aucun doute ne persiste sur le danger de ces microfissures, et donc de ces centrales nucléaires", a souligné le député Michel de Lamotte.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK