Nucléaire: les plus grandes fissures atteignent jusqu'à 18 cm de long

Nucléaire: les plus grandes fissures atteignent jusqu'à 18 cm de long
Nucléaire: les plus grandes fissures atteignent jusqu'à 18 cm de long - © CHRISTOPH MEEUSSEN - BELGA

Entendu dès 12h00 ce mercredi en sous-commission sécurité nucléaire, le directeur de la production nucléaire d'Electrabel Wim De Clercq s'est expliqué quant aux défauts décelés dans les cuves des réacteurs Doel 3 et Tihange 2.

Comme l'a encore dénoncé Jean-Marc Nollet ce mercredi matin sur les antennes de la RTBF, Electrabel et l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) n'ont pas encore communiqué l'ensemble des informations dont ils disposent à propos des fissures des cuves de Doel 3 et Tihange 2.

Malgré les demandes des députés Ecolo-Groen, Electrabel souhaite réserver les détails de l'état des centrales nucléaires à l'AFCN, mais dit toutefois comprendre la demande de transparence, précisant qu'elle "essayera d'y répondre au mieux".

C'est le rapport "final" et "consolidé" qui sera intéressant, souligne cependant l'entreprise qui affirme que des analyses sont toujours en train d'être effectuées.

Nouveaux chiffres, défauts de taille ?

Electrabel a malgré tout enfin communiqué les tailles maximales relevées sur les cuves de Doel 3 et Tihange 2. Pour le premier réacteur, on atteint jusqu'à 179 millimètres, contre 154 pour Tihange 2. Auparavant, on parlait de 9 centimètres.

Face à ces nouveaux chiffres, Electrabel se défend en indiquant que, lorsque deux défauts sont proches, ils sont considérés comme une grande fissure unique. Mais rien de neuf cependant : "Les défauts n'évoluent pas, assure-t-on. Ils existent depuis quarante ans et aucune évolution n'est à noter des suites de l'irradiation."

"Des fissures dans la crédibilité d'Electrabel"

Ces explications ne satisfont visiblement pas l'opposition, qui n'est pas tendre avec Electrabel, en témoigne les propos de Marco Van Hees pour le PTB : "Il y a des fissures dans la crédibilité d'Electrabel, dit-il. La sécurité doit primer ses intérêts financiers."

Pour la députée fédérale Vanessa Matz (cdH), "il y a un peu de légèreté dans la façon avec laquelle ce dossier est traité".

La députée fédérale socialiste Karine Lalieux a par ailleurs demandé à ce que le ministre de l'Intérieur Jan Jambon soit plus réactif dans ce dossier, car, rappelle-t-elle, l'AFCN est un organisme d'intérêt public relevant de la tutelle de son ministère.

T.M. (@thomasmignon)

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK