Nouvelle rencontre entre les présidents de parti et les informateurs royaux ce mercredi

On approche, petit à petit, d'un nouveau rapport des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte, prévu le 9 septembre prochain. Que font-ils pour le moment ? Comme les deux hommes aiment à le répéter, le travail doit se faire dans la plus grande discrétion. Rien ou presque ne filtre de leur travail. Mais voilà que nous apprenons, à multiples sources tant du nord que du sud du pays, qu'une nouvelle réunion plénière est prévue, ce mercredi 28 août au soir, un mois jour après jour après la première, qui avait réuni N-VA, PS, MR, CD&V, Open VLD, sp.a et Groen. Il avait été beaucoup plus question de l'absence d'Ecolo que des résultats de cette réunion.

Les informateurs royaux veulent donc retenter le coup ce mercredi. Alors que les négociations en Flandre, en Wallonie, et en fédération Wallonie-Bruxelles sont toujours en cours. Difficile, à l'heure actuelle, d'imaginer des avancées décisives tant que la Flandre, la Wallonie et la fédération ne disposent pas de nouveaux gouvernements de plein exercice. Mais les informateurs y croient. A priori, et sauf (mauvaise) surprise de dernière minute, tous les partis invités seront présents, dans un lieu tenu secret. 

Des lignes ont-elles bougé en un mois ?

Pas vraiment. Le trio PS-Ecolo-MR continue de discuter (certaines voix optimistes annoncent un accord dans une dizaine de jours). La N-VA a arrête ses (longues) discussions avec le Belang pour relancer la suédoise au niveau flamand, avec non pas Bart De Wever, mais Jan Jambon comme formateur et futur ministre-président flamand. Une N-VA qui, elle, semble évoluer...

La N-VA vers l'opposition fédérale ?

Cette réunion de mercredi soir pourrait-elle acter le fait que la N-VA se retire des négociations fédérales ? La VRT se faisait l'écho, ce lundi, d'une certaine lassitude dans les rangs du parti nationaliste flamand : selon notre confrère Pieter-Jan De Smet, la N-VA se dirigerait bien, "de plus en plus" vers l'opposition au fédéral. Dans la même émission, l'interview du député européen N-VA Geert Bourgeois peut apparaître comme une certaine forme de confirmation. L'ancien ministre-président flamand a rappelé que la N-VA a demandé au PS, à plusieurs reprises, de discuter, en vain. Mais celui qui a fondé, avec Bart De Wever, la N-VA en 2001 a également rappelé une évidence : "Entre N-VA et PS, les visions sont totalement contraires." Et Geert Bourgeois de s'inquiéter : "Si on réalise le programme du PS, cela peut menacer la prospérité flamande et coûter des emplois. Le gouvernement précédent a crée des emplois, a eu des politiques sécuritaires et migratoires fortes. On ne va pas tout de même pas prendre le chemin inverse."

A voir si la N-VA prendra, dès ce mercredi, le chemin de l'opposition fédérale...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK