Coronavirus, soins de santé, pensions : voici la déclaration de politique générale du Premier ministre

Le nouveau Premier ministre Alexander De Croo a pris la parole ce jeudi après-midi vers 14h15 pour prononcer la déclaration de politique générale de son gouvernement, qui a prêté serment devant le roi le matin même. La déclaration a été lue dans l’hémicycle du Parlement européen, un lieu plus spacieux que la Chambre et qui permet de respecter les distances sanitaires. Auparavant, les suppléants des députés fédéraux devenus ministres ont prêté serment afin d’entrer dans leurs nouvelles fonctions.

Ce nouveau gouvernement commence à un moment où notre pays traverse la crise la plus noire en temps de paix”, a déclaré d’emblée le Premier ministre, Alexander De Croo. Il a rappelé que beaucoup de compatriotes traversent une période difficile, qu’ils soient malades, qu’ils aient perdu un être cher, ou qu’ils soient au front depuis des mois en tant que personnel soignant. Le Premier ministre a aussi souligné que le virus n’a pas que des conséquences médicales, il met aussi la société et l’économie sous pression. Pour Alexandre De Croo, cette crise est “plus lourde que la crise financière d’il y a 10 ans. Et même plus profonde que celle de la Grande Dépression des années ‘30, car jamais autant de gens n’ont perdu leur travail”.

Agir dans le cadre de la crise du Coronavirus

Pour ces raisons, parce qu’une nouvelle vague de contamination reste une menace, parce que l’efficacité d’un vaccin reste incertaine, le gouvernement agira. “Notre pays, notre économie, nos entreprises ne peuvent plus se permettre un nouveau lockdown général” a déclaré Alexander De Croo. "Pour cette raison, il y aura plus de tests. On investira dans du matériel de protection et dans le développement de vaccins, en collaboration étroite avec les entités fédérées".

Comme l’a fait Sophie Wilmès, il y a quelques semaines, le nouveau Premier ministre a lancé un appel aux citoyens : " Nous ne pourrons vaincre le coronavirus que si nous respectons tous un certain nombre de règles très simples : garder ses distances, se laver les mains, porter un masque, mais surtout, se soucier des autres.

En particulier, de nos proches les plus fragiles, les plus vulnérables, nos parents, nos grands-parents ".

Des investissements dans la santé et les pensions

L’accord gouvernemental présenté aujourd’hui prévoit d’investir massivement dans les soins de santé. " Nous assurons qu’il y ait plus de personnel au chevet du patient, une charge de travail moins lourde, de meilleures conditions de travail. Et des formations pour le personnel soignant ", a déclaré Alexandre De Croo.

Il a rappelé qu’il était prévu d’investir dans les pensions. " Nous relèverons la pension minimum à 1500 euros ", a annoncé le Premier ministre. Un nouveau bonus pension est annoncé, selon Alexander De Croo qui a rappelé que son équipe était " résolument pour le deuxième pilier (de pension) pour tout le monde, car qui a travaillé toute sa vie, mérite une pension digne ".

En matière de lutte contre la pauvreté, de nouveaux moyens sont annoncés pour lutter contre l’exclusion sociale. Pour réduire la fracture numérique, les tarifs sociaux des télécommunications seront réformés

Le gouvernement entend aussi lutter contre toutes les formes de discrimination, notamment celles à l’encontre des femmes. Alexandre De Croo souligne d’ailleurs que son gouvernement applique la parité homme femme. " Une étape historique ", a-t-il dit.

Toujours dans la logique de réduire les discriminations, le congé de naissance sera porté à 20 jours, pour favoriser l’égalité entre les femmes et les hommes.

Des mesures économiques

Pour le gouvernement “De Croo”, la création d’emploi est une priorité absolue.  “Plus les gens travaillent, plus notre sécurité sociale est forte. De plus un emploi est la meilleure protection sociale qui soit et est une source importante d’émancipation”, a déclaré Alexander De Croo. “C’est pourquoi le gouvernement va récompenser le travail. Les groupes les plus vulnérables seront accompagnés sur le chemin du travail pour atteindre un taux d’emploi de 80% en 2030”.

Il y aura aussi de l’espace pour les entrepreneurs. Il est question d’améliorer le statut des indépendants et de réduire leur charge administrative.

Une réforme fiscale en vue

" Au niveau fiscal, nous préparons une vaste réforme fiscale, afin de moderniser et simplifier notre régime fiscal, et le rendre plus juste. Nous allégeons la fiscalité des ménages pour qu’elle soit davantage en phase avec la conciliation famille-travail ", a déclaré le nouveau Premier ministre. " Une forme de taxation numérique doit aussi voir le jour ", sans que le Premier ministre n’en dise plus aujourd’hui. La lutte contre la fraude fiscale et sociale se poursuivra.

Investir dans la croissance

Il est aussi question de soutien aux secteurs porteurs d’avenir, à la digitalisation et la durabilité. “Avec un investissement total de 4,7 milliards d’euros, ce qui en fait l’accord de gouvernement le plus vert de l’histoire de notre pays”, a ajouté Alexandre De Croo qui ne veut pas opposer écologie et économie.  “La transition écologique créera de nouveaux emplois, générera une meilleure qualité de vie et plus de capacité d’innovation. Nous misons par exemple sur les énergies renouvelables comme l’éolien et le photovoltaïque, et nous le faisons dans l’ensemble du pays, d’Ostende à Arlon”, a expliqué le Premier ministre.

La fin du nucléaire

" Ce gouvernement confirme aussi la sortie du nucléaire et respecte le calendrier de sortie prévu dans la loi ", a déclaré Alexander De Croo. Une sortie du nucléaire à faire " de manière intelligente " en faisant attention au côté " abordable " et en assurant la " sécurité d’approvisionnement pour les familles et les entreprises ".

Le gouvernement entend mener une politique anti-crise tant que l’économie sera paralysée. Les investissements prévus pour soutenir les entreprises touchées par le Coronavirus seront prolongés. " Ce gouvernement fera tout ce qu’il faut pour surmonter la crise ", a déclaré le Premier qui promet aussi du soutien à l’innovation technologique. " La Belgique du futur sera une Belgique digitale ", a-t-il ajouté.

Une autre politique avec la participation des citoyens

" Il nous faut rétablir la confiance, pas seulement au sens économique, mais aussi au sens politique ", a estimé Alexander De Croo, s’engageant à une politique " constructive, de confiance et de respect ". Dans cette optique, le nouveau gouvernement ouvre la porte à " de nouvelles formes de participation et d’initiatives citoyennes ". Le statut de lanceur d’alerte est confirmé. L’âge légal pour voter aux élections européennes sera abaissé à 16 ans.

Le financement des partis sera réformé. Alexandre De Croo parle de " plus d’éthique " et de " remettre le citoyen au cœur des préoccupations ".

Une réforme de la constitution

Le gouvernement préparera une nouvelle réforme des structures de l ‘Etat. Un large débat avec les citoyens, les classes moyennes, le monde académique et les représentants politiques est annoncé dans le but d’aboutir en 2024 à de nouvelles structures pour l’Etat belge avec plus d’homogénéité dans la répartition des compétences.

Plus de sécurité

Il y aura plus de policiers en rue, 1600 agents de police supplémentaires chaque année sont annoncés. On instaurera aussi une justice accélérée pour la petite criminalité. Le gouvernement fera en sorte que toutes les peines soient effectivement exécutées. L’objectif est aussi de réduire l’arriéré judiciaire grâce à la numérisation.

Une Belgique, appartenant à l’Europe et au monde

Alexander De Croo a souligné le fait que, pour la première fois, un parlement national siège dans l’enceinte du Parlement européen.

Le gouvernement sera “pro européen”. “Fidèle à l’histoire de notre pays, ce gouvernement veut continuer à bâtir de ponts et à rechercher activement un nouveau consensus européen où la préoccupation centrale va aux citoyens et à leurs droits ", a déclaré Alexandre De Croo.

Sur le plan de l’immigration, " La Belgique exige, au niveau européen, une répartition équitable des responsabilités et des charges de l’asile et de la migration.

Nous mènerons une politique humaine pour les personnes ayant besoin de protection, et une politique de retour ferme pour ceux qui n’ont pas d’avenir dans notre pays ", a déclaré le nouveau Premier ministre.

Face aux défis comme le changement climatique, le terrorisme, l'extrémisme, les pandémies et les violations du droit international et de l'Etat de droit, ce gouvernement sera un " ardent défenseur de la coopération multilatérale ". Les objectifs de développement durable et l’Agenda 2030 des Nations unies seront une ligne directrice pour la Belgique. La Belgique entend aussi rester un acteur au sein de l’OTAN.

Et pour conclure, Alexander De Croo a cité le chrétien-démocrate italien Di Gàsperi, contemporain des pères de la construction européenne : “L’avenir ne se construira ni avec la puissance ni avec l’envie de conquérir. Mais par l’application patiente de la méthode démocratique, l’esprit constructif de l’accord et par le respect de la liberté.

C’est dans cet esprit que le gouvernement De Croo demande la confiance de la Chambre des Représentants. Celle-ci ne sera en mesure de voter la motion de confiance qu’au plus tôt samedi après-midi.

Déclaration de politique générale du Premier ministre Alexander De Croo

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK