Plus de 20 000 personnes ont "interpellé" les ministres du Climat via #ActForClimateJustice

Les trois ministres francophones de l’Environnement ont réagi ce mercredi à l’action d’activistes du climat visant à les « réveiller » à travers des messages, des appels, des mails et des tweets. Marie-Christine Marghem parle d’une « pression positive », Jean-Luc Crucke d’une action « polluante » et Céline Fremault d’une action « contre-productive ».

Il faut dire qu'à 21h mercredi, plus de 20.000 personnes avaient déjà "interpellé" les quatre ministres du Climat du pays.

Cette nuit, les activistes de « Act For Climate Justice » s’étaient organisé pour recouvrir les abribus de plusieurs grandes villes du pays. Résultat : de nombreuses affiches mais aussi des stickers qui invitent les citoyens à « réveiller » leurs ministres de l’environnement. Sur les affiches blanches et rouges, un QR code renvoi au site web « Act For Climate Justice » sur lequel on trouve des portraits peu flatteurs des quatre ministres. La page permet d’interpeller chacun des ministres via un mail, un sms, un appel téléphonique ou un tweet.


►►► A lire aussi : Climat : le discours d’un Roi


« Pression positive » et « coup d’accélérateur » pour la ministre fédérale

Ce midi, l’une des principales concernées par cette action, la ministre de l’environnement Marie-Christine Marghem (MR) a réagi par téléphone : « Il n’y a aucune difficulté par rapport à ce type d’actions. Pourvu qu’elle soit sincèrement tournée vers l’objectif qu’elle poursuit et que ce ne soit pas une action de vexation […] ». Pour la ministre fédérale, il s’agit d’une « pression motivante » qui doit pousser les autres ministres de l’environnement belges et elle à « mettre un coup d’accélérateur ». Pour Marie-Christine Marghem, il faut mettre la politique climatique « au devant des autres politiques » de manière « transversale aux autres » afin d’avoir du « poids dans la réalité […] des résultats concrets, visibles et ressentis ».

« Polluant » et « invalidant » pour le ministre wallon

Un peu plus tard, devant le Parlement wallon, le ministre en charge de l’énergie pour la région wallonne Jean-Luc Crucke (MR) a lui parlé d’une forme d’expression « radicale, extrême et très différente de ce qu’on voit comme marches citoyennes ». « C’est un peu invalidant de voir tous ces emails, c’est même polluant […] » a ajouté le ministre wallon qui a également tenu a rappelé qu’il y a un plan, le « plan national énergie climat ».

500 sms et 1600 mails reçus depuis ce matin pour la ministre bruxelloise

Enfin, du côté de la Région bruxelloise, la ministre en charge de l’Environnement Céline Fremault (CdH) paraissait fatiguée au moment de répondre à nos questions. « Depuis ce matin, c’est près de 500 sms que j’ai reçu sur mon unique téléphone, c’est-à-dire celui qui me permet de travailler au quotidien » qui rappelle tout de même qu’il « ne faut pas que ce type d’actions deviennent contre-productif par rapport au travail que nous attendons ». Et la ministre de raconter un moment de sa journée : « Ce matin par exemple, j’étais en commission nationale climat quand mon GSM sonnait toutes les trente secondes ». La ministre a également évoqué l’arrivée de plus de 1600 mails à son cabinet aujourd’hui. Une journée bien chargée donc pour les équipes des différents ministres de l’environnement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK