Nourriture avariée, cachot pour les malades, distanciation pas respectée : le quotidien dans un centre fermé au temps du coronavirus

Nous avons reçu un certain nombre de vidéos alarmantes sur la situation dans le centre fermé de Merksplas, situé à quelques kilomètres de la frontière avec les Pays-Bas.

On y voit de la nourriture servie largement avariée (ce 4 avril), un non-respect de la distanciation sociale dans les communs*, des matelas mis au sol pour respecter la distanciation sociale en raison de la présence de lits superposés, la cellule d’isolement/cachot qui est utilisée lorsqu’un détenu présente des symptômes du coronavirus. Nous avons pu longuement discuter avec plusieurs personnes et l’inquiétude est très grande pour les personnes enfermées : "le personnel n’a pas de masque, est en contact avec l’extérieur, puis est en contact avec nous. On se sent menacé" nous explique-t-on. Les détenus s’inquiètent de ne pas voir les poignées de portes désinfectées, de constater l’absence de savons hydroalcooliques (qui ont disparu après une semaine).

Cette inquiétude, elle est partagée par le Ciré, la coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers. "On est très inquiet de la situation dans les centres fermés, alors que nous vivions un moment de crise. Habituellement, nous sommes autorisés à réaliser des visites, mais celles-ci sont interdites. Même les parlementaires n’y ont pas droit" explique Sotieta Ngo, la directrice du Ciré. "Il n’y a aucune possibilité de vérifier ce que nous disent les autorités. Et les informations sont parfois contradictoires." Ce refus des visites extérieures, la députée Ecolo Sarah Schiltz le qualifie de "particulièrement inquiétant" dans un rapport de visite parlementaire : "c’est une violation flagrante de l’arrêté royale, qui ne prévoit aucune exception au droit de visite des parlementaires […] à ce jour, plus aucun organe externe à l’Office des étrangers n’est à même d’exercer un contrôle sur les conditions de détentions et les conditions sanitaires à l’intérieur des centres" écrit l’élue liégeoise après avoir tenté de visiter le centre fermé de Vottem, fin mars.

La gestion des cas suspects au COVID-19

Comme le montre la vidéo ci-dessus, et comme nous l’ont confirmé témoins et l’Office des étrangers, lorsqu’un détenu présente des symptômes de coronavirus, celui-ci est placé à l’isolement au cachot (sans table, ni ventilateur) "et suivi par un médecin du centre, heure par heure" nous explique la porte-parole de l’Office des étrangers. Soit le médecin décide d’un transfert vers l’hôpital, soit, après quelques jours, les paramètres médicaux redeviennent normaux, et la personne retourne avec les autres détenus. Sans aucun testing, dénoncent les associations. Sarah Schiltz pointe également qu’aucun "dispositif spécifique d’hébergement n’est prévu pour les détenus présentant une vulnérabilité accrue (diabète, asthme, âge avancé, dépendance à certains médicaments)." L’Office des étrangers se défend et rappelle qu’au moment de notre entretien (mardi 7 avril), aucun détenu en centre fermé n’avait été malade du COVID-19.

Plus inquiétant : nous avons pu prendre connaissance d’une vidéo prise en caméra cachée en 2018, à Vottem. Dans celle-ci, une personne se présentant comme responsable du médical s’exprime : "Quand il y en a un qui a la grippe – ils sont dans des chambres de quatre, dans des couloirs, les chambres ne sont pas fermées – ­quand un est malade, […] nous aussi." Ce qui explique que les centres fermés ont été vidés.

Des centres fermés vidés au 2/3

La ministre compétente, l’Open VLD Maggie De Block l’a évoqué à la Chambre, l’Office des étrangers nous l’avait donné mardi : il ne reste que 204 détenus dans les 6 centres fermés de Belgique. 294 personnes ont été libérées pour permettre un respect de la distanciation sociale au sein des centres fermés. L’Office nous a expliqué que la priorité a été donnée, pour décider des libérations, aux personnes plus âgées, aux malades chroniques, aux personnes à risques. "Toutes les personnes qu’on a libérées ont été prises en charge par des amis, de la famille, on ne les a pas mis à la rue" explique-t-on de façon officielle. Des témoignages non-recoupés font état de gens qui dorment en rue.

Les autres critères utilisés pour la libération de détenus, concernent le délai de rétention, la possibilité ou non de réaliser un éloignement, la dangerosité de la personne. Mais cette procédure n’a pas été systématique. Ainsi, le cas d’une personne de nationalité brésilienne, arrêtée début mars sur un chantier. La personne a accepté le retour volontaire vers son pays d’origine, mais ce dernier refuse tous les vols provenant d’Europe. Selon la directive européenne "Retour", une personne enfermée sans perspective réaliste d’éloignement doit être remise en liberté. Devant la Chambre du Conseil du tribunal de Première instance francophone de Bruxelles, l’avocate de la personne enfermée a invoqué une violation de la convention européenne des droits de l’homme pour à cause de conditions de détention qui ne respectent pas les recommandations de l’OMS, risquant ainsi de subir des traitements dégradants ou inhumains. La requête a été jugée recevable et la personne a été libérée. Elle aurait pu l’être sans cette procédure.

De façon plus générale, le Ciré, ainsi que d’autres associations comme Getting the voice out, tous estiment que vu la situation de dangerosité sanitaire des centres fermés est telle que ceux-ci doivent ouvrir leurs portes et libérer tout le monde. "C’est la meilleure mesure pour respecter le confinement" insiste Sotieta Ngo, la directrice du Ciré, "il faut le rappeler, ne pas avoir de papiers, c’est un problème administratif, pas de justice."

Distanciation sociale impossible à respecter et sanitaires "lamentables"

On pouvait le voir sur la vidéo ci-dessus : la distanciation sociale est très compliquée à respecter. Nous avons pu voir d’autres vidéos, entre autres au réfectoire, où la promiscuité était permanente. "Habituellement, ils sont 4 dans une chambre. Ils sont désormais 1 ou 2, dans une pièce de 20 m2" nous explique l’Office des étrangers. Des témoignages à Merskplas infirment cette explication officielle : un détenu nous a parlé de chambre à 3, dans une petite vingtaine de mètres carrés.

Dans les communs, au réfectoire, lors des sorties dans la cour du centre fermé de Merksplas, selon les vidéos que nous avons pu voir, les distances de sécurité ne semblent pas du tout respectées, personnel y compris. Un détenu nous a raconté une altercation avec un membre du personnel, au point où ce dernier a collé son visage sur celui du détenu à 3 reprises : "Je me suis senti piégé, je ne pouvais rien faire" nous explique-t-il. Contact a été pris avec son avocat pour déposer plainte contre ce membre du personnel.

L’Office des étrangers nous indique que "des consignes très très claires d’hygiène ont été données, avec le lavage des mains et la distanciation sociale, avec du marquage au sol". Les images que nous avons vues nous incitent à penser que ces consignes ne sont pas respectées partout, et certainement pas à Merskplas.

La situation des sanitaires a été jugée "lamentable" par la députée Ecolo Sarah Schiltz : "saleté, absence de papier toilette, de savon, détritus." A Merksplas, comme notre montage le montre, la situation n’est guère enviable : les sanitaires sont dans un très mauvais état et il n’y a plus d’eau chaude depuis 3 mois. Raison pour laquelle un détenu s’est lavé devant le bureau de la direction, pour dénoncer cette situation. Par ailleurs, à Merksplas, comme ailleurs, les visites sont interdites. Celle-ci permettait aux proches des détenus de leur donner de l’argent, de quoi s’acheter des crédits téléphoniques, des cigarettes. Mais Merskplas n’accepte pas les virements bancaires : "les gens commencent à péter les plombs."

Des masques ont été distribués, deux par détenus. Un détenu s’est filmé arrivant à éteindre la flamme d’un briquet à travers l’un des masques fournis. "On pose des questions, on n’a pas de réponse. On est dans la merde" nous a dit un détenu. Voilà très simplement résumé l’état de la situation dans les centres fermés.

 

 

*les quelques images dans les communs apparaissant dans ce montage sont plus anciennes - mi-mars - que les autres images. Cela nous a été rapporté après publication de la vidéo. D'autres images en notre possession font état d'un respect très limité de la distanciation, comme indiqué dans l'article.