Noir Jaune Blues, et après? Grez-Doiceau: "C'est quand même une commune de péteux. Je dis ça gentiment..."

Dans un manège du centre de Grez-Doiceau
Dans un manège du centre de Grez-Doiceau - © RTBF

L'homme qui dit ça s'appelle Alex. "Je peux le dire? C'est péteux ici! Les gens sont fantastiques. Mais ils ont une autre vision de la réalité. C'est une autre réalité qu'à Bruxelles."

Alex a quitté Bruxelles pour Grez-Doiceau il y a 11 ans. Et il ne regrette pas son choix. Plus de confort, plus d'espace, moins de stress. Mais à ses yeux, et sans aucune méchanceté de sa part, plus de "péteux" aussi. Et pourtant, notre deuxième journée d'immersion à Grez-Doiceau nous a offert une toute autre image des Gréziens.

Ce n'est pas l'impression que nous a laissée notre longue rencontre avec Danielle, secrétaire de direction à la retraite, très impliquée dans le tissu associatif local. Pour elle, ce qui crée de la valeur c'est le travail des gens, leur connaissance, leur savoir faire. "C'est ça la vraie richesse! C'est pas l'argent."

Péteux, Jean-Michel ? Avec son Coca, sa cigarette, son vêtement de travail zippé jusqu'au cou? Le jeune ouvrier agricole a tourné le dos à une carrière de comptable par amour du travail de la terre. A 28 ans, il vit chez ses parents avec sa copine. Il sait déjà qu'avec son salaire il ne pourra pas se payer un logement dans sa commune d'origine.

Il ne reste que quatre fermes en exploitation

Il nous indique le chemin jusqu'à la ferme de Jean. A 56 ans, Jean, visiblement fatigué, décompte les jours avant sa pension. "Dans quatre ans j'arrête! Dans ma famille, ils sont morts avant 70 ans." Personne ne reprendra la ferme familiale. Jean l'a fermement déconseillé à son fils. "Si c'était à refaire, je ne recommencerais pas ce métier." Dans le village de Gottechain, il ne reste que quatre fermes en exploitation. Les autres ont généralement été rénovées pour en faire des habitations. 

Et ces mamans, rencontrées dans un manège du centre de Grez-Doiceau ? Elles s'émerveillent autant des prouesses de leurs filles à cheval que des Gréziens qui accueillent chez eux des migrants du parc Maximilien depuis quelques semaines.

Aujourd'hui nous avons découvert une commune plurielle. Péteuse ? Oui, entre autres. Une commune avec des quartiers riches et des poches de pauvreté, des lotissement tracés au cordeau et des hameaux aux rues tortueuses. Grez-Doiceau ce sont en réalité une dizaine de villages réunis par une fusion des communes pas vraiment digérée après plus de 40 ans. Une dizaine de villages et au moins autant de réalités différentes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK