Ninove: le cordon sanitaire tient bon, la N-VA choisit l'opposition

Plus que cela: la N-VA de Ninove - qui a perdu près de 8 points de pourcentage aux élections - opte résolument pour l’opposition. Il appartient maintenant à Open VLD de la mairesse actuelle, Tania De Jonge, et à la liste SAMEN de réunir une coalition. Cependant, ils ne peuvent pas former une majorité sans Forza Ninove. La N-VA sous cet angle signifie fournir la tolérance de l'opposition. "Notre parti ne veut pas que Ninove devienne ingouvernable, nos mandats évalueront, dossier par dossier - et soutiendront le mandat si cela sert l'intérêt général de la ville."

C'est par un communiqué de presse laconique que la locale N-VA de Ninove a annoncé choisir de siéger dans l'opposition : "Après une consultation interne et avec les leaders nationaux du parti, le bureau politique [local] est arrivé à la conclusion de ne pas répondre favorablement à l'invitation [à négocier] de Forza Ninove".

Ce refus intervient après plus de 24 heures d'atermoiements nationalistes : Bart De Wever estimait, lundi matin, qu'un score de 40%, tel qu'obtenu par la liste Forza Ninove/Vlaams Belang, est un "mandat démocratique fort". Lundi soir, face à une photo agrémenté d'un commentaire raciste publié, sur Facebook, par Guy D'Haeseleer, le président de la N-VA indiquait que les chances d'un accord entre la N-VA et la liste Belang étaient "en-dessous de 0". Après avoir posé un lapin à Forza Ninove, la N-VA a donc choisi l'opposition.

Ce choix de l'opposition et du soutien, au cas par cas, des dossiers est intéressant : la N-VA annonce qu'elle soutiendra, au cas par cas, les dossiers qui se présenteront à elle en conseil communal : "notre parti ne souhaite pas que Ninove devienne ingouvernable". Se dirige-t-on, donc, vers la mise en place d'un collège minoritaire composé de Opel VLD de la bourgmestre sortante Tania De Jonge et de la liste SAMEN, soutenu, de l'extérieur, par la N-VA ? Ou bien alors, le gouvernement flamand peut envoyer un commissaire, et mettre la commune sous tutelle, comme à Dernderleeuw en 2013.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK