Nicolas Sarkozy a remis la Légion d'honneur à Didier Reynders

Nicolas Sarkozy remet la Légion d'honneur à Didier Reynders
3 images
Nicolas Sarkozy remet la Légion d'honneur à Didier Reynders - © RTBF

Didier Reynders a été fait commandeur de l'ordre de la Légion d'honneur ce mercredi. Les insignes lui ont été remis par l’ancien président français Nicolas Sarkozy. La cérémonie, clinquante, a été étroitement encadrée, réglée comme du papier à musique. Elle a duré très exactement une demi-heure. Voyez ci-dessous l'intégrale de la cérémonie en vidéo.

Une petite cérémonie privée entre amis, 400 invités tout de même, sous les dorures du Palais d'Egmont, dans la galerie des glaces, sous les flashes et les caméras belges. Et rien que des Belges, pour un pur coup de communication de notre ministre des Affaires étrangères.

Didier Reynders et Nicolas Sarkozy se connaissent bien et s'apprécient. Didier Reynders avait décoré Nicolas Sarkozy de l'Ordre de Léopold. Nicolas Sarkozy est donc venu remettre ce mercredi midi les insignes de commandeur de la Légion d'honneur à Didier Reynders, après un discours de louanges, à l'ami, à l'ancien ministre des Finances et au Liégeois: "Il y a deux siècles, cette Wallonie dont tu es originaire fut même un temps française. Nous aurions pu, mon cher Didier, être membres d'un même gouvernement. Aïe, aïe, aïe ! Moi, je pense que notre amitié y aurait résisté. Et j'aime ce joli dicton wallon ‘faites comme à Liège, laissez pleuvoir !’ Bon, je me demande parfois si je ne suis pas moi-même un peu de Liège, je laisse pleuvoir. Il ne sert à rien de maudire la pluie car elle finit toujours par laisser un jour ou l'autre, la place au soleil, même à Liège!"

Clic clac, c'est dans la boîte : cordon rouge autour du cou, un moment de gloire pour le ministre des Affaires étrangères et Nicolas Sarkozy s'en repart. Pas un mot sur sa mise en examen dans le dossier Bettencourt. Aucune question n'a d'ailleurs pu être posée et la presse française n'avait pas été conviée, spécifiquement écartée pour éviter de gâcher la fête.

Fabien Van Eeckhaut

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK