Nethys, une société au confluent du privé et du public

Nethys, une société au confluent du privé et du public
Nethys, une société au confluent du privé et du public - © Tous droits réservés

Nethys est une société anonyme, mais avec un actionnariat public, l'intercommunale Publifin. Une SA n'a donc pas à suivre les mêmes règles de transparence ou de bonne gouvernance qu'une société publique. Mais qu'en est-il si l'actionnaire principal est public? Que l'argent injecté dans Nethys est public?

Nethys, une SA avec un projet commercial

Nethys, ange ou démon, c'est la question qui posera la base de ce face à face d'A votre avis, opposant Philippe Delaunnoy, administrateur indépendant à Nethys, et Philippe Nothomb, deminor manager ayant réalisé une étude sur le fonctionnement des intercommunales.

Membre du conseil d'administration, Philippe Delaunnoy a l'impression de faire face à un Nethys bashing. "Nethys est une société qui contrôle des sociétés industrielles, de service, de médias, notamment. C'est une société qui se développe, qui connaît une extension de son chiffre d'affaires, de ses profits. Près de 3000 travailleurs qui travaillent dans les différentes entités, dans des mondes très concurrentiels. Et je suis donc très soucieux de ce que l'on dit de Nethys parce qu'il y a derrière cette société des travaillleurs, des dirigeants qu'il faut garder motivés, auquel il faut donner de l'espoir, et convaincre les nouveaux dirigeants qu'il n'y a aucun danger à rejoindre Nethys."

Un "mélange des genres"

Nethys est donc clairement une société commerciale, ce qui fait réagir Philippe Nothomb, qui parle d'un "mélange des genres". 

"On a une société qui est d’une taille relativement importante, qui est en dessous de Publifin [coopérative publique, ndlr], il y a donc, ici  un peu un mélange des genres. On voudrait appliquer à Nethys toutes les règles applicables aux intercommunales, or j’ai plutôt tendance à croire que Nethys est un projet industriel." comme le dit M. Lonnoy.

Ce statut privé est-il là pour contourner les règles ? "La structure n’est pas ok pour moi, commente Philippe Nothomb. Parce que le contrôle du Parlement wallon ne se fait pas correctement. La transparence de Nethys, l’organisation de son conseil d'administration, la gouvernance, les rémunérations, tout cela, c’est important d’en parler. Ces rémunérations, c’est de l’argent public."

Il faudrait qu’une société comme Nethys ait le même cadre de gouvernance qu’une société cotée

"On doit savoir si les intercommunales sont d’accord avec le fait que Nethys soit un groupe commercial avec une stratégie qui ne soit pas nécessairement au service directement des intercommunales, sauf via la possibilité de leur payer des dividendes. Il faut se poser la question de savoir s’il est important pour Nethys d’investir, par exemple, dans un journal local à Nice."

Avec 1 milliard d'euros de bénéfices, Philippe Delaunnoy précise que si Nethys devait être cotée, elle entrerait au BEL20, afin de souligner l'importance de la société et expliquer les rémunérations élevées. Ce sur quoi l'auteur de l'étude sur les intercommunales rebondit, pointant un problème de transparence. "A partir du moment où l’actionnariat est public, in fine, il faudrait qu’une société comme Nethys ait le même cadre de gouvernance qu’une société cotée. Nethys n’a pas d’obligation de transparence, et ce n’est pas normal. "

Une société privée qui fonctionne avec de l'argent public, peut-on alors demander un droit de transparence? "Ça dépend, en tout cas ça concerne les actionnaires. Nous verrons ce que les hommes politiques vont décider ce week-end ou demain, et nous en tirerons les conclusions." répond l'administrateur indépendant de Nethys.

Trop d'administrateurs, trop peu qualifiés?

"A côté de ça, il faut voir ce que l’actionnaire veut, continue Philippe Delaunnoy. Chez Publifin, ça va dans tous les sens. Il y a 28 administrateurs chez Publifin, pour une société qui vaut 2 milliards, grosso modo. Si on regarde du côté des sociétés cotées, comme vous faites la comparaison M. Delaunnoy, InBev a moitié moins d’administrateurs pour 166 milliards de valeur. Ce qui veut dire que l’on a mis des gens partout, et cet actionnariat de Publifin pose problème à la société sous-jacente industrielle, qui crée de la valeur, Nethys."

Le manager deminor se pose également la question sur la présence d’échevins ou bourgmestre politique au sein du CA de Nethys: "Est-ce qu’ils ont une valeur ajoutée dans le business de la société ? Il y a sûrement de très bons échevins, de très bons conseillers communaux, mais qui ne sont pas nécessairement à leur place dans le CA d’une société de cette taille-là."

En conclusion, Philippe Delaunnoy est tout à fait conscient que la gouvernance d'entreprise doit être développée, "C'est un problème surtout culturel. Il faut progressivement amener toute une équipe à considérer l’intérêt qu’il y a à développer une gouvernance d’entreprise. Et je pense que ce qui se passe aujourd’hui va certainement entraîner une accélération du mouvement."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK