Nethys: on ne peut se satisfaire de "changer juste quelques têtes" au CA de Nethys, estime le PTB

Germain Mugemangango, député wallon.
Germain Mugemangango, député wallon. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

"Il ne peut être question de juste changer quelques têtes au sein du conseil d'administration de Nethys pour continuer à faire la même chose", réagit dimanche soir le PTB à l'annonce de la démission des membres de ce CA. Le parti travailliste souhaite l'émergence d'un nouvel organe de décision "qui ne privatise pas et qui respecte les intérêts des citoyens".

Plus tôt dans la journée, le gouvernement wallon avait annoncé avoir pris trois arrêtés cassant les ventes, par Nethys, des parts de cette dernière dans le câblodistributeur Voo, la société d'énergie éolienne Elicio et la firme de services informatiques Win. Dans la foulée, les membres du CA de cette entreprise, filiale de l'intercommunale Enodia (ex-Publifin), ont annoncé leur démission, n'étant "pas prêts à participer à la remise en cause d'un plan stratégique indispensable au redéploiement de la région liégeoise".

Le PTB se demande désormais qui composera le nouveau conseil d'administration et quel en sera le mandat. Le parti souhaite que les futurs administrateurs reçoivent la mission de ne pas privatiser les activités et d'engager un débat "pour que les filiales de Nethys et d'Enodia deviennent des sociétés publiques gérées de façon transparente, démocratique et respectueuse des intérêts des actionnaires publics, de leurs travailleurs et des citoyens".

Le député wallon Germain Mugemangango demande en outre que les administrateurs ne soient plus des dirigeants d'entreprises privées et de multinationales liégeoises, comme cela a été fait lors d'un premier remplacement du CA de Nethys après l'éclosion du scandale Publifin. Pour lui, le nouvel organe devra être composé de mandataires politiques mais aussi des représentants des travailleurs et des usagers liés aux secteurs des entreprises concernées.

Journal télévisé 06/10/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK