Nethys: le gouvernement wallon casse la vente de Voo, d'Elicio et de Win

Le gouvernement wallon sort l'artillerie lourde et déconstruit tout le château de carte élaboré par Nethys. Ce matin, le gouvernement wallon a convoqué la presse pour une annonce choc dans un dossier qui a déjà largement pollué ses débuts.

Le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne (PS) a annoncé qu'il cassait les décisions prises le 22 mai dernier par le conseil d'administration de Nethys de vendre Elicio (énergie), Win (informatique) et Voo (télécom).

Conforme ?

Ces derniers temps, ces ventes avaient fait les gros titres pour leur caractère supposé opaque et douteux. Pierre-Yves Dermagne, qui a la tutelle sur les intercommunales, a alors réclamé le 19 septembre dernier des explications auprès de la société Nethys, la filiale privée de l’intercommunale Enodia. Il a exigé tous les documents concernant la vente de certaines participations du groupe, comme VOO, Elicio, les Editions de l’Avenir  ou encore Win. L’autorité de tutelle cherchant à apprécier la légalité d’un certain nombre d’actes, voire leur conformité à l’intérêt général.

En justice

Depuis, Pierre-Yves Dermagne (PS) a bien reçu tous les documents voulus. Ils ont été analysés par son administration. Et sur base de ses conclusions, le gouvernement wallon a estimé que ces procédures de vente étaient en contravention avec la loi du Code de démocratie locale et qu'elles ne préservaient pas l'intérêt général.

Par ailleurs, le conseil d’administration de Nethys est également accusé d’avoir "outrepassé le mandat de négociation confié par Enodia". Le gouvernement wallon lui reproche de ne pas avoir mis les actifs en concurrence pour en tirer le meilleur prix. "Les éléments mis en lumière par l’instruction sont susceptibles de constituer une ou plusieurs infractions pénales", a souligné Pierre-Yves Dermagne. Le ministre des Pouvoirs locaux a en tout cas transmis le dossier au Parquet fédéral.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK