Nethys : la vente d'Elicio pour un euro symbolique vivement critiquée

Comme Voo et Win, Elicio est une des filiales de Nethys que le groupe espère céder prochainement à l’homme d’affaires liégeois François Fornieri. Avec à la clé, cette fois encore, un parfum de scandale. Elicio, filiale spécialisée dans les énergies renouvelables, est-elle bradée à bas prix sans respecter les règles de transparence et de mise en concurrence ? C’est ce que certains dénoncent aujourd’hui.

Une filiale criblée de dettes vs une société bientôt très rentable

Les responsables de Nethys ne le cachent pas. A leurs yeux Elicio est avant tout une filiale fortement endettée (700 millions de dettes) dont il vaut mieux se séparer. Le montant présumé de la transaction discutée avec Francois Fornieri s’élèverait dès lors à un euro symbolique, plus la reprise de la dette de l’entreprise.

Mais voilà, ce prix d’un euro en fait réagir plus d’un. Le PTB, par exemple, dénonçait encore ce matin la vente d’une entreprise qui rapportera bientôt "la blinde d’argent."

En des termes plus diplomatiques, les responsables de la société énergétique Eneco, candidate elle aussi au rachat d’Elicio, évoque eux aussi une entreprise à fort potentiel. Sans préciser de montant exact, Christophe Galimont, porte-parole d’Eneco Belgique, laisse entendre que son offre de rachat sera plus élevée que l’euro symbolique : "Je pense qu’Eneco peut faire une offre très valable. On veut se mettre à table au plus vite et on voudrait des nouvelles du conseil d’administration d’Enodia (ndlr : la maison mère de Nethys et Elicio) pour savoir si on peut discuter. On a une idée de la valeur du parc éolien d’Elicio, de comment il marche et des rendements qui seront acquis à terme. Donc on pense qu’on peut faire une offre compétitive."

Damien Ernst, expert en énergie et proche du dossier, parle lui aussi d’une valeur potentielle d’Elicio bien plus importante : " La majorité des gens qui suivent le secteur de l’énergie pensait que cette boîte valait entre 200 et 300 millions d’euros. Mais il faut une analyse fine pour connaître sa valeur réelle. L’entreprise a des millions de dettes, c’est clair. Mais elle a aussi déjà signé des contrats extrêmement avantageux pour l’éolien offshore qui lui garantissent des revenus futurs très très conséquents".

Une transaction trop opaque

Aujourd’hui le spécialiste de l’énergie Damien Ernst réclame plus de transparence, notamment via des rapports sur la valeur d’Elicio qui existent déjà : " Que les rapports de valorisation d’Elicio fait par la société McKinsey soient rendus publics. Tant que ce n’est pas public, il y aura toujours suspicion de conflits d’intérêts".

Au-delà du prix, le mystère autour de la vente d’Elicio pose aussi question. Le candidat repreneur Eneco travaille avec Elicio depuis 10 ans, est actif dans le même secteur et a donc ses "entrées", et pourtant le porte-parole de l’entreprise l’admet, il n’avait pas entendu parler de la vente d’Elicio avant que l’histoire ne paraisse dans la presse : " On n’était pas concrètement au courant. Le processus devrait être plus transparent […] Ce n’est qu’à partir des discussions dans la presse qu’on a pu prendre les devants pour écrire au conseil d’administration d’Enodia et Elicio", et ainsi marquer officiellement la volonté d’acheter Elicio.

Combien vaut Elicio ? Pourquoi des discussions ont été entamées avec François Fornieri ? Pourquoi n’y a-t-il pas eu de mise en concurrence pour le rachat ? Beaucoup de questions se posent en effet autour de cette vente pour le moins nébuleuse. Nous avons sollicité la direction de Nethys pour tenter d’obtenir des réponses. En vain.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK