Néonicotinoïdes : Céline Tellier "préfère un risque juridique qu'un risque sur la santé"

"Il est préférable de prendre un risque juridique qu'un risque sur la santé", a affirmé la ministre wallonne de l'Environnement, Céline Tellier (Ecolo), interrogée mercredi en séance plénière du parlement régional sur l'annulation, par le Conseil d'Etat, de l'arrêté wallon interdisant l'usage des néonicotinoïdes.

En fin de semaine dernière, le Conseil d'Etat a annulé, pour non-respect des compétences régionales, l'arrêté wallon de mars 2018 interdisant l'usage des néonicotinoïdes, une classe d'insecticides utilisés notamment dans la culture de la betterave et souvent mis en cause dans la mortalité des abeilles.

L'interdiction générale de ces produits au sud du pays alors même qu'ils auraient été autorisés par les autorités fédérales mettait à mal le principe de loyauté fédérale, pointaient notamment les fédérations Phytofar et Bioplus-Probois, auxquelles le Conseil d'Etat a finalement donné raison.

J'aurais préféré que ces lobbys utilisent leurs moyens à la recherche d'alternatives plutôt que de saisir le Conseil d'Etat

"J'aurais préféré que ces lobbys utilisent leurs moyens à la recherche d'alternatives plutôt que de saisir le Conseil d'Etat", a souligné mercredi la ministre Tellier, interrogée par la députée wallonne Ecolo Hélène Ryckmans.

"La Région avait pris un risque juridique. Nous le savions mais ça a fait bouger les lignes. Aujourd'hui, nous examinons l'arrêt du Conseil d'Etat dans les détails. Nous allons également interpeller le ministre Ducarme afin de lui rappeler son engagement concernant le non-renouvellement des dérogations obtenues par la Belgique", a-t-elle expliqué.

En février dernier, le ministre fédéral de l'Agriculture, Denis Ducarme, avait indiqué que les dérogations actuelles "seraient sans doute les dernières".

"J'estime par ailleurs préférable de prendre un risque juridique qu'un risque sur la santé et je continuerai à travailler en ce sens", a conclu Céline Tellier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK