Consultations wallonnes: pour Elio Di Rupo, le PTB "refuse d'assumer ses responsabilités" 

Ce mercredi, les consultations en vue de la future majorité en Wallonie continuent. Les socialistes ont reçu Ecolo. Mais la sortie chahutée de Raoul Hedebouw (PTB) hier annonçant que "Cela ne sert plus à rien de revoir le PS", tend les discussions. 

Elio Di Rupo: "Le PTB refuse d'assumer ses responsabilités" 

Sur l'heure de midi, après cette rencontre avec Ecolo, Elio Di Rupo explique avoir reçu 10 mesures "basculantes" de la part des écologistes. Les socialistes vont maintenant les examiner pendant plusieurs jours mais le président du PS les estime d'emblée "très convergentes avec les mesures du parti socialiste". Quand à la possibilité d'un gouvernement minoritaire en Wallonie, Elio Di Rupo répond que "toutes les possibilités existent malgré une certitude : le PTB refuse d'assumer ses responsabilités."

Le PTB devrait être reçu demain pour un troisième tour de table. Raoul Hedebouw acceptera-t-il l'invitation des socialistes ? Elio Di Rupo ne semble plus vraiment y croire.

Paul Magnette a quant à lui choisi Twitter pour réagir: "Les négociations ne sont pas terminées, elles n’ont pas encore commencé", a-t-il tenu à préciser.  

"Un cinéma" et "un show de communication"

Jean-Marc Nollet a quant à lui détaillé son ressenti à notre micro, souhaitant poursuivre les consultations en toute sérénité: "Je ne vais pas tomber dans le travers de ceux qui transforment ces moments de contacts extrêmement importants en un show de communication". Le co-président d'Ecolo dit vouloir avant tout discuter du projet des écologistes avec les socialistes: "Nous sommes ici parce que des électeurs ont choisi de soutenir le choix des écologistes", explique-t-il"Dans ce projet-là, il y a des dossiers extrêmement importants notamment en matière d'enseignement. Alors se donner un peu de temps n'est jamais mauvais pour parler de la petite enfance, la jeunesse, la culture. Ce sont des dossiers qui sont souvent oubliés et qui méritent bien mieux que le cinéma que j'ai pu voir hier". 

 

Pourquoi une rencontre au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles? 

C'est justement pour montrer que les compétences de la Fédération Wallonie-Bruxelles ne sont pas oubliées que cette rencontre se déroule aujourd'hui au sein de son parlement. Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles est souvent une émanation des majorités qui se mettent en place au niveau wallon et bruxellois. Une émanation mais pas toujours une copie conforme. Par exemple, en 2014, le PS et le CDH formaient ensemble la majorité wallonne. En région bruxelloise, c'était PS-cdH avec DéFI. Mais le parti d'Olivier Maingain s'est retrouvé dans l'opposition à la Fédération Wallonie-Bruxelles. Cette fois encore, les majorités pourraient être différentes en Wallonie et à Bruxelles et donc aussi à la Fédération Wallonie-Bruxelles. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK