Négociations MR/DéFI : le clash qui en dit long

Si le cdH veut gouverner sans le Parti socialiste à Bruxelles, il devra nécessairement compter sur DéFI et le MR. Or, les deux anciens alliés ne sont plus vraiment sur la même longueur d'onde depuis leur divorce en 2011 (DéFI était encore le FDF). Et ce lundi, dans les heures qui ont suivi la conférence de presse de Benoît Lutgen annonçant le divorce du cdH d'avec le PS, DéFI a posé ses conditions à une éventuelle alliance avec le MR.

Invité de Soir Première, Didier Gosuin (DéFI, ministre bruxellois de l'Economie et de l'Emploi) n'a pas épargné les "partis traditionnels", estimant que tant le PS que le cdH et le MR avaient "participé au lotissement de l'Etat". 

Son président de parti Olivier Maingain réagissait également par téléphone, affirmant la ligne de DéFI:

Piqué au vif (y compris par les répliques des autres partis), le MR montois, Georges-Louis Bouchez réagit:

"Ça commence à m'agacer que l'on essaie de faire croire que tous les partis sont impliqués de la même manière. On a dans tous les scandales le Parti socialiste qui est représenté! " Et le Kazakhgate? "Rien à voir, réplique le trublion libéral francophone, si faute il y a, elle est personnelle, individuelle. Toutes les affaires du PS, ce sont des structures publiques qui sont utilisées à des fins soit partisanes, soit de certains élus de ce parti". 

Face au Montois, Didier Gosuin rappelle que "le Samusocial est un système mis en place par le PS ET par le MR! (...) Je dis  honnêtement que le MR n'a pas de leçons à donner!"

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir