Négociations institutionnelles : que deviendra le Brabant wallon ?

Le Brabant wallon c'est 27 communes
Le Brabant wallon c'est 27 communes - © Union des Villes et Communes de Wallonie

Que deviendra le Brabant wallon après les négociations institutionnelles ? Cela fait un an que le Belgique n'a plus de gouvernement, un an de discussions sans accord. Alors dans le futur quid de la province brabançonne limitrophe à la Flandre ?

De Rebecq à Hélécine, de La Hulpe à Villers-La-Ville, le Brabant wallon, c'est 27 communes francophones. En marge des négociations, on a entendu parler d'une annexion de Waterloo à Bruxelles, pour que les flamands cèdent Rhode-St Genèse.

Une proposition vue purement et simplement comme un démantèlement de la jeune province par André Flahaut, président du PS brabant wallon : "Ça c’est du bricolage nos avons notre spécificité nous avons droit au respect comme les autres wallons".

Si au PS, on tient à un Brabant wallon tourné vers la Wallonie, du côté des autres partis, on souligne l'importance de la proximité de Bruxelles. André Antoine, cdH Brabançon : "Nous brabançons wallons mesurons plus que les autres l'importance d'une solidarité avec Bruxelles, même si nous resteront probablement et sûrement membre appartenant à la Région wallonne".

Même remarque chez Ecolo, avec Marcel Cheron : "C'est Bruxelles qui attire toute une série d'investissements et qui fait ce qu’est le Brabant wallon aujourd’hui".

Au MR, on se base sur cette logique économique pour aller beaucoup plus loin, explique Charles Michel : "D’une manière ou d’une autre,  le Brabant wallon doit être totalement tourné vers cette alliance avec Bruxelles et une des hypothèses, pour lequel le MR plaide depuis longtemps, c'est d'avoir au niveau électoral, d’avoir une grande province de brabant".

Une proposition que les Ecolos rejettent plutôt par pragmatisme. Marcel Cheron : "L'idéal, ça serait à en revenir à l'ancien Brabant, malheureusement du côté flamand on n'en veut pas!  En tout cas, pas de modification des frontières en vue pour l'instant".

Au PS brabançon, on l'a compris, on y est catégoriquement opposé et du côté des trois autres partis, on ne l'imagine de toute façon pas sans consultation populaire préalable.


Colette Jaspers avec Odile Leherte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK