Négociations fédérales : "Travailler pour le climat, c'est réduire la dette de demain", dit Jean-Marc Nollet (Ecolo)

Après 460 jours de négociations infructueuses sous toutes sortes de formats, un nouveau gouvernement sera peut-être en place d’ici le 17 septembre. Le chargé de mission royale, l’Open Vld Egbert Lachaert, est attendu ce vendredi au Palais pour un nouveau rapport au Roi.

"Nous ferons tout pour qu’il puisse y aller avec de bonnes nouvelles parce que les citoyens y ont droit", s’est engagé le co-président d’Ecolo Jean-Marc Nollet sur les ondes de Matin Premiere.

Egbert Lachaert a clairement fait savoir qu’il testait en priorité la formule de coalition dite "Vivaldi", rassemblant les libéraux, les socialistes, les écologistes et le CD&V.

Ces partis sont actuellement en réunion pour discuter des quatre pôles à équilibrer : socio-économique avec un déficit budgétaire abyssal, environnemental avec le dossier nucléaire, éthique avec l’interruption volontaire de grossesse (IVG) et communautaire avec une possible réforme institutionnelle.

Le co-président d’Ecolo Jean-Marc Nollet est confiant : "Je pense vraiment qu’on peut créer ce carré magique entre les dimensions sociales – et les écologistes peuvent les porter avec d’autres partis – les dimensions de transition écologique et climatique, la question de l’équilibre budgétaire et le redéploiement économique. Mettre en équilibre tout ça, ce n’est pas évident. Mais si on arrive à le faire, ce sera le carré magique pour la Belgique."

Relèvement des pensions minimales à 1500 euros

En ce qui concerne la dimension socio-économique, Ecolo discute en ce moment du relèvement des pensions minimales à 1500 euros.

"Ce sont beaucoup des femmes qui ont des difficultés ou des indépendants qui sont pour le moment à un niveau de pension largement insuffisant", observe Jean-Marc Nollet.

"Et la priorité dans les débats – mais on n’est pas encore au cœur de la négociation du chapitre social – ça a été de regarder si dans l’équilibre budgétaire d’ensemble, on pourra faire quelque chose en la matière. Et je dois dire que tant de la part des libéraux, des socialistes, des écologistes et maintenant de la famille sociale-chrétienne qui nous a rejoints, il y a véritablement une préoccupation qui est partagée en la matière."

"Au plus vite on investira dans la transition, au moins cela coûtera"

Ecolo pense que le travail sur la lutte contre le dérèglement climatique va aider à réduire le déficit écologique, mais aussi économique.

"Au plus vite on investira dans la transition, au moins cela coûtera", affirme M. Nollet. "Travailler pour le climat, c’est réduire la dette de demain."

La fin du nucléaire en Belgique est prévue pour 2025 et Ecolo compte d’ailleurs tout faire pour y arriver.

"C’est un enjeu industriel, d’emplois. On sait que les énergies renouvelables, le stockage de l’énergie, la meilleure gestion des flux d’énergie permettent de créer plus d’emplois que le maintien de vieilles centrales qui sont périmées. On sait qu’il y a une loi de sortie qui le permet. Et aujourd’hui, on peut faire la démonstration à la fois économique et à la fois écologique que c’est plus intéressant."

L'IVG est essentiel car "il s’agit de la protection des droits des femmes"

Le CD&V a fait de la loi sur l’IVG un point d’achoppement, faisant reporter le vote du texte à l’automne, après les vacances parlementaires.

Cette loi prévoit notamment la réduction de délai obligatoire de réflexion qui passerait de six à deux jours. Autre élément clé du texte, le passage de la durée dans lequel l’IVG peut se pratiquer de 12 à 18 semaines.

Le Conseil des femmes francophones et son équivalent néerlandophone signent jeudi, avec une trentaine d’associations, un communiqué dans lequel il fait part de ses craintes de voir la loi dépénalisant l’avortement servir de "monnaie d’échange" lors des négociations gouvernementales.

Mais Ecolo, qui a porté cette loi au Parlement fédéral avec les socialistes notamment, se veut rassurant. "C’est évident qu’on ne va pas pouvoir prendre la loi telle qu’elle est là", dit Jean-Marc Nollet. "Mais ne rien faire, jeter le texte, jeter les intentions qui sont derrière le texte, ça n’a pas non plus été demandé hier [lors de la réunion entre les partis politique]. Il y a véritablement une demande de prendre en considération les réflexions des uns et des autres."

Pour les Verts, ce dossier est essentiel car "il s’agit de la protection des droits des femmes".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK