Négociations pour un gouvernement fédéral : les préformateurs veulent démissionner, le Roi refuse

Les préformateurs Lachaert et Rousseau parviendront-ils à réunir les 7 partis envisagés dans la coalition "Vivaldi" ?
Les préformateurs Lachaert et Rousseau parviendront-ils à réunir les 7 partis envisagés dans la coalition "Vivaldi" ? - © Tous droits réservés

Les préformateurs Egbert Lachaert (Open VLD) et Conner Rousseau (SP.A) ont été reçus par le Roi pour faire rapport de leur mission, après une journée de négociations difficiles, au lendemain d’un week-end où les négociations entre les sept partis ont calé. 

Le Roi a reçu en audience au Palais de Bruxelles Egbert Lachaert et Conner Rousseau. "Les préformateurs ont remis leur démission au Roi qui a refusé et leur a demandé de poursuivre leur tâche. Le Roi demande à tous les partis concernés de rétablir au plus vite la confiance.  Les préformateurs feront à nouveau rapport au Roi au plus tard le mercredi 23 septembre", peut-on lire dans le communiqué du Palais.

Quelle sera la suite ?  La coalition " Vivaldi " a-t-elle encore une chance de voir le jour ? 

Ce matin, le SP-A ne voulait plus négocier avec le MR

Sur le coup de midi, ce lundi, les présidents des sept partis de l’éventuelle coalition Vivaldi se sont retrouvés au Palais d’Egmont pour reprendre les négociations interrompues dimanche. Cette réunion avait toutes les apparences de réunion de la dernière chance pour les partis à la recherche d’une coalition gouvernementale. Dimanche, les négociateurs se sont quittés sans résultats. La progression des travaux avait été entravée par des différends entre le président du MR, Georges-Louis Bouchez et certains négociateurs qui avaient, d’ailleurs, demandé que la Première ministre, Sophie Wilmès (MR) vienne épauler son président de parti.

Lundi matin des bureaux de parti se sont tenus. A l’issue de son bureau, le MR a rappelé "unanimement sa volonté absolue, dans l’intérêt du Pays, de travailler pour arriver ‪d’ici au 1er octobre à un accord sur la formation d’un gouvernement de plein exercice bénéficiant d’une forte majorité parlementaire".

En revanche, le SP-A, lui, n’était plus sur la même longueur d’onde. Le bureau du parti socialiste flamand ne souhaitait plus poursuivre les négociations avec le MR, sauf si ce dernier parti acceptait ce qui était sur la table.

La situation est "compliquée"

C’est dans ce contexte que les présidents de parti se sont retrouvés aux environs de midi au Palais d’Egmont pour discuter. A l’entrée, les participants ont fait peu de commentaires. " La situation est suffisamment compliquée ", a d’ailleurs dit le coprésident d’Ecolo, Jean-Marc Nollet. La délégation du MR était toujours constituée de deux personnes, le Président Bouchez étant accompagné de la Première ministre, Sophie Wilmès. En milieu d’après-midi, certaines informations circulaient et évoquaient des discussions en bilatérale, le MR semblant isolé.

Il était, de toutes façons, prévu que les préformateurs Egbert Lachaert (Open Vld) et Conner Rousseau (SP-A) se rendent chez le Roi Philippe ce lundi pour faire rapport de leur mission. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK