Négociations au fédéral: les informateurs poursuivent dans la discrétion, en vue de clarifier les positions

Les informateurs Coens (CD&V) et Bouchez (MR) chez le Roi ce 13 janvier
Les informateurs Coens (CD&V) et Bouchez (MR) chez le Roi ce 13 janvier - © DIRK WAEM - BELGA

Les informateurs Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V) poursuivent leurs travaux dans la discrétion, a-t-on indiqué mardi dans leur entourage après la prolongation de leur mission. Il leur incombe de "clarifier davantage les différentes positions".

Parmi ces positions à éclaircir, figure celle de la N-VA. Samedi, le président des nationalistes, Bart De Wever, a semblé faire une ouverture aux socialistes en plaidant pour une politique sociale plus forte avec en priorité un relèvement des pensions les plus basses. Il y a également la volonté répétée du CD&V de former une coalition impliquant la N-VA.

"Il faut prendre au sérieux M. De Wever", a souligné mardi,sur Bel-RTL, le vice-Premier ministre CD&V, Koen Geens.

Les nationalistes ont exprimé une "adhésion" à la note des informateurs présentée la semaine dernière, dont le mot confédéralisme est absent, a-t-il fait remarquer. Or, aux yeux des chrétiens-démocrates, le soutien d'une majorité flamande à une coalition fédérale est "important, pas indispensable, mais important".

"Pourquoi les partis flamands -et je ne dis pas qu'ils ne le feront pas- devraient accepter un gouvernement avec le PS, le MR et Ecolo alors que les partis francophones s'opposent à un gouvernement où il n'y a pas de majorité flamande? C'est étonnant", a-t-il expliqué.

"La majorité flamande est importante mais aussi les sujets éthiques et la réforme de l'Etat et vous devez croire que nous sommes plus à l'aise pour discuter de ces sujets avec la N-VA dans le gouvernement que sans la N-VA", a-t-il ajouté. 

La mission des deux informateurs a été prolongée ce lundi:

Le choix entre une formule "Vivaldi" (socialistes, écologistes, libéraux et CD&V) et une autre impliquant la N-VA est toujours d'actualité.

L'attitude du CD&V n'est pas la seule à être scrutée. Le sp.a fait l'objet de toutes les attentions depuis qu'il a marqué son intérêt pour l'ouverture de M. De Wever. La Libre a fait état mardi sur son site internet d'une possibilité de majorité N-VA, CD&V, sp.a proposée par M. De Wever vendredi aux informateurs. L'information n'a pas été confirmée. En coulisses, les socialistes flamands rappellent qu'ils veulent une coalition penchant à gauche et qu'à ce jour, aucune proposition de coalition -Vivaldi ou autre- ne leur a été faite.

Quoi qu'il en soit, cette proposition de la N-VA démontrerait la dégradation des relations entre elle et l'Open Vld, deux partenaires au gouvernement flamand depuis à peine 3 mois. Elle mettrait aussi une forte pression sur la famille libérale. Interrogé lundi soir, M. Bouchez a insisté sur l'unité de celle-ci et assuré qu'il ne laisserait pas tomber "un membre de la famille".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK