Ne dites plus "Communauté française" mais "Fédération Wallonie-Bruxelles"

Charles Picqué lors de la conférence de presse
Charles Picqué lors de la conférence de presse - © Belga

La Communauté française de Belgique s'appellera désormais "Fédération Wallonie-Bruxelles". C'est ce qu'ont annoncé aujourd'hui les quatre grands partis francophones (Ecolo-PS-cdH-MR) réunis en conférence de presse.

Cette décision a été prise en réaction aux propos de Kris Peeters pour qui, "Bruxelles ne sera jamais une Région à part entière". Ces propos avaient eu le don de fâcher tout le monde politique francophone.

"Par ce biais, les quatre partis francophones affirment haut et fort que pour eux la Région de Bruxelles-Capitale n'est et ne sera jamais aliénable à une autre entité", a commenté Rudy Demotte.

Il a souligné la portée symbolique du changement : les quatre partis, réunis dans la "Commission Wallonie-Bruxelles" qui réfléchit à l'avenir institutionnel francophone, veulent ancrer le principe de deux Régions à part entière visant à reconnaître sur un pied d'égalité la double dimension wallonne et bruxelloise.

Il s'agit d'un lien de fédération et non pas de domination : les Bruxellois disposent d'une Région qui leur est propre et il leur revient de décider de leur avenir. Il ne sera jamais question pour nous de prendre part à une "cogestion" de la Région bruxelloise, a encore dit Rudy Demotte.

Outre l'aspect communautaire, la fédération sera aussi le lieu de coopérations entre les deux Régions. Par cette nouvelle appellation, nous entendons acter le fait que Bruxelles est un partenaire à part entière, égal, avec lequel la Région wallonne entend nourrir un partenariat privilégié, a-t-il dit, répétant que les Wallons soutiennent la pleine reconnaissance de la Région de Bruxelles-Capitale.

La Flandre peut elle aussi s'inscrire dans la même dynamique par des accords de coopération ; il lui suffit de reconnaître Bruxelles comme Région à part entière, a affirmé Rudy Demotte, approuvé par le ministre-président bruxellois Charles Picqué.

La nouvelle dénomination sera appliquée après le vote d'une résolution par les parlements concernés (pour sa part, le député wallon Richard Miller souligne avoir déjà déposé un texte à ce sujet), alors que la Commission Wallonie-Bruxelles va plancher sur la "table des matières" découlant de la nouvelle structure.

Le chef de groupe MR du Parlement wallon Willy Borsus a également souligné le caractère symbolique de la nouvelle appellation, expression de la solidarité Wallonie-Bruxelles. Il s'agit d'une décision empreinte de sérénité et de calme, prise dans la foulé des conclusions du groupe Wallonie-Bruxelles, autrefois présidé par Antoinette Spaak et Philippe Busquin, a-t-il dit.

Charles Picqué s'est réjoui d'un tel signe de respect pour les institutions bruxelloises. Il a insisté sur l'importance des synergies régionales à développer par le biais d'accords de coopération (RER, politique aéoportuaire, etc...).

Tout comme le ministre-président de la Cocof bruxelloise Christos Doulkeridis, il voudrait voir développer de tels accords avec la Flandre, mais il faut qu'une telle volonté existe au nord du pays, ont-ils fait remarquer.

Pour Christos Doulkeridis, la nouvelle structure permettra d'améliorer le travail au bénéfice du citoyen en améliorant un découpage institutionnel aujourd'hui complexe.

Le ministre wallon cdH André Antoine a insisté sur la solidarité entre deux Régions strictement identiques dans leur dimension institutionnelle. Et cela se fait au profit tant des habitants francophones que flamands de la capitale, qui ont chacun le droit de vivre dans une Région à part entière, a-t-il dit.

Pour Richard Miller, la porte s'ouvre aujourd'hui vers un nouveau paysage politique francophone, avec deux Régions fortes ; c'est un jour important pour les Wallons et les Bruxellois.

Co-présidente d'Ecolo, Sarah Turine voit la mise en place d'une nouvelle dynamique, permettant de mieux rendre compte des spécificités des deux entités et d'installer des collaborations plus efficaces entre elles.

Avec Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK