Naturalisation: devenir Belge devient de plus en plus difficile

Karine Lalieux, membre de la commission naturalisation.
Karine Lalieux, membre de la commission naturalisation. - © ERIC LALMAND - BELGA

Depuis le 1er janvier 2013, les règles en matière de naturalisation ont été modifiées. La Chambre a toujours son mot à dire mais les conditions pour demander la naturalisation sont plus strictes. Il faut notamment pouvoir témoigner à la Belgique des "mérites exceptionnels".

Dès lors, la commission des naturalisations de la Chambre reçoit beaucoup moins de demandes. Mais cette commission, qui se réunit encore très souvent, est confrontée à un autre problème: gérer l’arriéré des dossiers introduits avant les nouvelles règles de 2013.

Une situation que Karine Lalieux (PS), membre de cette commission, impute au Parquet: "Plusieurs milliers de dossiers, donc plusieurs milliers de dossiers bruxellois parce que le Parquet ne voulait plus répondre à nos demandes d’enquêtes. Ce sont parfois des dossiers qui datent de cinq, six, sept ans, très malheureusement pour les gens qui attendent".

Comment expliquer un tel retard ? Les causes ne manquent visiblement pas

"C’est lent, mais parfois ce n’est pas du tout dû au travail de la Chambre, c’est dû au fait que le dossier n’est pas complété, soit par le Parquet, soit par l’Office des Étrangers, soit par la Sûreté de l’État, soit par une nouvelle enquête de police. Et donc c’est aussi pour ça que ces dossiers traînent", explique la députée PS.

Peut-on imaginer que des gens qui ont fait une demande il y a cinq ans, qui passent encore par la Chambre, qui la laissent tomber et se disent "on passe par la nouvelle procédure" ?

"Oui, ils pourraient le faire. Ils ont tous les documents. Ils peuvent récupérer leurs documents à la Chambre aussi. Et si ils correspondent vraiment à tous les critères, je leur dis 'faites-le'".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK