N-VA et Open Vld persistent à témoigner leur hostilité à la taxation des plus-values

Le député Open Vld Luk Van Biesen
Le député Open Vld Luk Van Biesen - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

L'encre de l'accord de pacification entre le CD&V et la N-VA à peine sèche, et l'appel du premier ministre Charles Michel à la relance de la coalition suédoise à peine prononcé, l'Open Vld et la N-VA ont redit jeudi tout le mal qu'ils pensaient de la taxation des plus-values qu'appelle de ses voeux le CD&V.

La taxation des plus-values est "quasi-taboue" pour l'Open Vld, a réagi le député Luk Van Biesen, spécialiste de la fiscalité chez les libéraux flamands. Ce serait en outre une "mesure anti-flamande", a renchéri son homologue à la N-VA Peter De Decker.

Le président de la N-VA Bart De Wever et le président du CD&V Wouter Beke ont fait mercredi une déclaration commune annonçant la mise en veilleuse de leurs divergences. Bart De Wever soulignait ainsi l'importance d'avoir une fiscalité équitable, une sortie qui avait réjoui jeudi le vice-premier ministre CD&V Kris Peeters. "Mais cela ne veut pas dire qu'il y aura une taxe sur les plus-values", a répliqué Peter De Decker. En revanche, un grand compromis socio-économique est possible, a souligné ce dernier.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir