MR : Nadia Geerts rejoint le Centre Jean Gol pour s’y occuper de la neutralité de l’Etat et des libertés individuelles

Alors que le débat sur la neutralité de l’Etat est vif ces dernières semaines, le Président du MR, Georges-Louis Bouchez, qui s’est prononcé à plusieurs reprises sur l’importance du respect de la neutralité de l’Etat, a annoncé un renfort de poids en la matière pour le MR et surtout pour son centre d’études, le Centre Jean Gol. C’est Nadia Geerts, spécialisée dans les questions relatives à la neutralité et sur celles qui concernent les libertés individuelles qui travaillera pour le bureau d’études du MR.

Agrégée en philosophie à l’ULB depuis 1991, Nadia Geerts milite depuis de nombreuses années pour la neutralité de l’Etat et le respect de cette neutralité dans les services publics. Nadia Geerts travaillera à mi-temps pour le Centre Jean Gol. "C’est un travail de recherche qui m’attend sur les différentes questions liées aux libertés individuelles. C’est beaucoup plus large que la seule question de la neutralité", précise-t-elle. "Mon job", explique-t-elle, sera de "réfléchir à cette question de la neutralité, à défendre une vision que je défends depuis très longtemps, ce qu’on appelle en Belgique la neutralité exclusive, ce qui est une appellation qui ne me convient pas. Je parle de laïcité, c’est beaucoup plus clair. C’est ce projet-là que je vais continuer à mener et à défendre au sein du Mouvement Réformateur, puisqu’aujourd’hui, c’est le seul parti qui se positionne clairement et dans le sens qui est le mien depuis près de 20 ans, sur ces questions-là", explique Nadia Geerts.

Ce recrutement intervient alors que la question de la neutralité s’est posée récemment à la Stib après que la société de transports publics de la capitale a été condamnée dans une affaire de discrimination à l’embauche. Le débat a atterri sur la table du gouvernement bruxellois avec une décision prise jeudi qui est loin de faire l’unanimité dans le monde politique.

Entre le MR et Nadia Geerts, "On discute depuis un certain temps", explique Georges-Louis Bouchez, le Président du MR. "C’est évident que les évènements du mois qui vient de s’écouler ont accéléré les choses", ajoute-t-il. Georges-Louis Bouchez souligne "l’engagement intellectuel" et "littéraire" de sa nouvelle recrue et explique qu’elle "a souhaité passer une étape supplémentaire". A propos de la question de la neutralité, Georges-Louis Bouchez estime qu’elle est "devenue éminemment politique. Le MR partage la même opinion que Nadia Geerts et inversement".

Concernant la condamnation de la Stib et le fait que celle-ci n’ira pas en appel du jugement puisque le Gouvernement bruxellois, réuni ce jeudi, n’a pas souhaité que la Stib le fasse, Georges-Louis Bouchez estime que "la décision prise hier illustre à quel point le danger est important par rapport à la neutralité". De son côté Nadia Geerts qualifie l’accord intervenu au sein du Gouvernement bruxellois de "camouflet pour la Stib". "La justice a tranché, a décrété que la Stib avait une politique discriminante vis-à-vis de ses employés. Je trouve ça affolant qu’il n’y ait pas moyen d’entendre la voix de la Stib, un employeur qui a toujours été ouvert à la diversité", a-t-elle ajouté.

Georges-Louis Bouchez à l'émission QR du 03/06/2021:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK