MR-cdH en Wallonie: les bébés de Jacqueline Galant et Mathilde Vandorpe chamboulent l'agenda

MR-CDH: Des bébés qui chamboulent l'agenda
MR-CDH: Des bébés qui chamboulent l'agenda - © DIRK WAEM - BELGA

Le MR et le cdH sont sur le point d'aboutir en Région wallonne. Dans la plus grande discrétion, Olivier Chastel (MR) et Benoit Lutgen (cdH) peaufinent en ce moment les derniers détails de leur accord en vue de former une majorité alternative, sans le parti socialiste en Wallonie. Mais il semble que la courte majorité de la future coalition MR-cdH soit déjà mise à l'épreuve. 

Jacqueline Galant, maman

MR et cdH forment ensemble une majorité de 38 députés sur les 75 que compte le Parlement wallon. Jusque là, la majorité est courte, mais il s'agit bien là mathématiquement d'une majorité. Sauf que voilà, dans les rangs du MR et du cdH, deux députées attendent un heureux événements et sont pour le moment en congé de maternité.

Il s'agit de la libérale Jacqueline Galant et de la cdH Mathilde Vandorpe. Deux absences légitimes, mais qui compliquent le vote d'une motion de méfiance constructive obligatoire avant de pouvoir mettre en place la nouvelle majorité. "Le vote dans un Parlement est personnel et c’est clair que si une majorité MR-cdH tient date, elle s’expose à une fragilité puisqu'il faut pour l’investiture que tous les membres de la nouvelle majorité soit au grand complet. Il faut que tout le monde soit présent. C'est la loi spéciale qui le mentionne ainsi", explique Christian Behrendt, constitutionnaliste à l'ULg. 

Tic, tac, tic, tac...

A Namur, il se murmure que l'accord MR et cdH est imminent. Il faudra ensuite compter 48 heures (c’est le minimum légal) entre le dépôt de la motion de méfiance et le vote de celle-ci en séance plénière du Parlement. "C'est au bureau du Parlement wallon d'agender le vote, mais on imagine que ceux qui envisagent cette motion de méfiance se sont assurés que tout le monde sera bien là le moment venu", complète Christian Behrendt. 

Si tout se déroule comme certains observateurs le disent, un nouveau gouvernement wallon pourrait voir le jour dès vendredi, avec une prestation de serment pour le nouveau ministre-président wallon devant le Roi Philippe. A moins qu'un bébé ne pointe le bout de son nez et chamboule toutes ces prévisions.

Reportage du JT de 19h30: