Motos et autres deux roues : les motards ne voient pas l'intérêt d'un contrôle technique obligatoire

Plusieurs dizaines de motards ont manifesté samedi après-midi à Bruxelles contre le futur contrôle technique obligatoire pour les deux-roues motorisés. Selon une directive européenne, un tel contrôle technique devrait devenir obligatoire à partir de janvier 2022. Les manifestants s’interrogent sur son utilité. Selon eux, le gouvernement ferait mieux d’investir dans l’état des routes.

La directive européenne prévoit que tous les scooters et motos de quatre ans ou plus devront passer un contrôle technique tous les deux ans. Un contrôle technique sera également obligatoire si un scooter ou une moto est revendu, ou après un accident. Selon l’UE, cela réduirait le nombre d’accidents causés par un mauvais entretien. La lutte contre la pollution de l’air et la pollution sonore sont également citées pour justifier la mesure.


►►► À lire aussi : Motos et autres deux roues : contrôle technique périodique à venir ?


Les manifestants présents à Bruxelles ne voient pour leur part pas l’intérêt d’un tel contrôle technique. "Les propriétaires de motos entretiennent leurs machines avec amour et grand soin", ont-ils déclaré. "Après tout, nous savons que notre sécurité dépend de l’état de notre moto. Une telle inspection n’améliorera donc pas l’état technique des véhicules. Ce qui peut faire la différence, c’est l’état de la chaussée. Dans de nombreux endroits, c’est désastreux."

Les manifestants ont également souligné que, selon diverses études, les défauts techniques ne sont responsables que de 0,3 à 5% des accidents impliquant des scooters et des motos. "Un tel contrôle technique ne changera rien au fait que nous sommes beaucoup plus vulnérables, car nous ne sommes tout simplement pas protégés par une carrosserie", ont ajouté les motocyclistes. "Sensibiliser les autres usagers de la route, en particulier les automobilistes, serait bien plus utile qu’un contrôle technique obligatoire."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK