Mort de la petite Mawda: Bart De Wever rejette la faute sur les parents, Jan Jambon approuve

Á l’entrée du conseil des ministres ce vendredi matin, Jan Jambon (N-VA), le ministre de l’Intérieur, a approuvé les propos de son président de parti, Bart De Wever. Sur le plateau de VTM News ce jeudi soir, le bourgmestre d'Anvers qui s'exprimait sur les circonstances du décès de la petite Mawda, a déclaré que les parents de la petite fille avaient une responsabilité dans ce qui est arrivé : "Même si la mort d'un enfant peut être tragique, il faut oser mettre ici la responsabilité des parents".

Le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration, Theo Francken (N-VA), s'est, lui, montré plus réservé. Il ne pointe pas nommément la responsabilité des parents, mais précise qu’il n’a pas l’habitude d’être en désaccord avec son président de parti.

Qu'a dit Bart De Wever ?

Pour Bart De Wever, c'est clair, "les parents de Mawda ne sont pas uniquement des victimes, ils doivent aussi regarder leur responsabilité"

Et de préciser : "La famille irakienne a demandé l’asile en Allemagne. Ils sont allés illégalement en Angleterre, après quoi ils ont été expulsés et ramenés en Allemagne. À la fin de l’année dernière, leur demande d’asile a apparemment été rejetée et depuis, ils ont déjà été arrêtés dans notre pays à trois reprises alors qu’ils voulaient retourner en Angleterre. Ils ont même été arrêtés une fois avec leurs enfants dans une camionnette réfrigérée"

Et de conclure : "Même si la mort d'un enfant peut être tragique, il faut oser mettre ici la responsabilité des parents". "Juste parler de ces personnes en tant que victimes ne me semble pas juste".

Beaucoup de réactions

Après ces déclarations, les critiques ne se sont pas faites attendre : 

"Inhumain" a simplement tweeté Kristof Calvo (Groen), chef de file de l'opposition écologiste flamande. 

Sa présidente, Meyrem Almaci, estime, elle, que c'est "inapproprié et irrespectueux" de dénaturer ainsi la mort de la petite Mawda à des fins politiques. 

La députée sp.a, Meryame Kitir estime pour sa part que "les parents se sentent toujours coupables envers leurs enfants quand quelque chose ne va pas. La pire chose que vous puissiez faire est d'ajouter cette culpabilité à cette culpabilité. Cela ne se fait pas. Ca ne se fait pas en Flandre. En aucun cas".

La présidente de l'Open VLD, Gwendolyn Rutten, appelle à davantage de retenue pour ce genre de "drame humain"

Le président du CD&V a réagi ce vendredi matin en tweetant ceci : "Je viens de voir partir mes filles pour l'école. Terrible pensée d'imaginer que ce soit la dernière fois. Celui qui perd un enfant, a droit à la compassion. Pas au blâme. Quelques soient les circonstances".

Côté francophone, on a aussi réagi...

"Dégoûtant", a lancé Raoul Hedebouw (PTB). "Faire des victimes des coupables. Comment osent-ils ?".

De son côté, le Premier ministre a rappelé que "ce sont les enquêtes du comité P qui doivent établir des responsabilités". C'est ce qu'il a déclaré à l'issue du conseil des ministres en réaction à une question posée par une journaliste.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK