Chirurgien bloqué: selon Marc Goblet les grévistes n'étaient pas au courant

"Jamais je ne condamnerai les travailleurs", a déclaré à la RTBF Marc Goblet, le secrétaire général de la FGTB qui jusqu'ici était resté très discret par rapport à cette affaire, ne s'exprimant que par voie d'un communiqué

Lundi matin, une touriste danoise est décédée à la clinique de Hermalle (groupe hospitalier CHC), en région liégeoise, après que le chirurgien ait été bloqué à Herstal dans l'embouteillage provoqué par les manifestants de la FGTB sur l'autoroute. La patiente venait de faire une rupture d'anévrisme et devait être opérée d'urgence. Une opération qui a été retardée de 3/4 d’heure à cause de cette grève. Une plainte contre X a été déposée pour homicide involontaire par le centre hospitalier. 

Aujourd'hui, si le secrétaire général de la FGTB reconnaît qu'il y a eu un "débordement" (puisqu'une autoroute a été bloquée), il excuse cela par le fait que "les travailleurs sont exaspérés parce qu'ils ne sont pas entendus, ni par le gouvernement ni par le patronat".

Mais il précise : les personnes responsables du piquet "n'étaient pas informés qu'un médecin était bloqué. S'ils avaient été informés, ils auraient pris les dispositions pour le laisser passer"

"Il faut aussi bien déterminer qu'elles sont les réelles causes du décès", ajoute-t-il, "d'ailleurs, le directeur de la clinique disait lui-même que ce n'était pas une certitude que cela était dû à ça, mais que le facteur temps aurait pu jouer".

Tout en remettant les condoléances de la FGTB à la famille de la victime, Marc Goblet déclare que cela les fera "réfléchir" à l'avenir : "Dans le sens de rappeler le danger qu'il y a de bloquer des autoroutes et qu'on ne doit pas s'en prendre évidemment aux citoyens et que l'on peut très bien mener d'autres types d'actions, qui auront tout autant de portée par rapport à l'action que l'on mène".

Mais il le répète : c'était une "circonstance d'intervention émotionnelle" et "je ne condamne pas les travailleurs".

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK