Molenbeek: une trentaine de sans-papiers en grève de la faim hospitalisés

Le collectif, établi à Molenbeek, rassemble 200 personnes dont 13 enfants et une quarantaine de femmes originaires d'Afrique du nord et d'Afrique subsaharienne, qui occupent une maison de repos désaffectée du boulevard Léopold II, à Molenbeek-Saint-Jean. Ses membres demandent notamment la régularisation de tous les sans-papiers vivant dans le squat. "Nous avons déjà mis notre vie en danger lorsqu'on a pris la décision de traverser la Méditerranée. Aujourd'hui, nous ne sommes pas prêts à abandonner, nous poursuivrons jusqu'à la fin pour faire valoir nos droits", affirme l'un des grévistes, selon lequel il y a une "absence d'interlocuteur du côté des autorités pour discuter de nos conditions de vie et de notre avenir". Le 27 novembre dernier, les autorités communales de Molenbeek avaient affirmé que la situation était surveillée. La bourgmestre Françoise Schepmans avait estimé, qu'à ce stade, aucun élément en termes de sécurité, hygiène ou salubrité publique ne justifiait un arrêté mettant un terme à cette occupation. Les autorités avaient également préciser qu'un bilan social précis de la situation de chaque ménage serait effectué pour considérer les possibilités de relogement temporaire. (Belga)
Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK