Mobilité, survol de Bruxelles, allocations familiales... et si on "refédéralisait"?

Refédéraliser? Mais quelle idée!
Refédéraliser? Mais quelle idée! - © Tous droits réservés

Refédéralisation. Voilà un terme que l'on entend beaucoup ces derniers jours. Les problèmes sur la route, le survol de Bruxelles, le stade national, le versement des allocations familiales...

Qu'entend-on par "refédéralisation"? En clair, il s'agit de redonner plus de compétences au fédéral en retirant aux Régions certaines missions données précédemment.

Depuis la 6e réforme de l'Etat, en 2014, des matières comme les allocations familiales ou la mobilité sont passées dans le giron des Régions et des Communautés. Mais les récents "couacs", sur les routes notamment, font resurgir l'idée de refédéraliser. Reprenons l'exemple des routes: au lieu de quatre ministres de la Mobilité, certains plaident pour une refédéralisation de cette matière qui serait alors gérée par un seul ministre.

Selon les partisans - en Flandre les jeunes CD&V et Open VLD et en Wallonie quelques PS, entre autres - cette refédéralisation serait la solution miracle qui résoudrait les embouteillages monstrueux de ce lundi ou encore les plans de survols de la capitale et qui permettrait de construire un stade de football pour recevoir des compétitions internationales.... Mais la vérité est plus nuancée que cela.

Convaincre les forces en présence

D'abord, il faut que la Flandre soit d'accord de rendre du pouvoir au fédéral, et avec la N-VA au gouvernement flamand, cela va être compliqué. Et puis il faut aussi que les Francophones soient preneurs d'une telle idée. Et ça non plus, ce n'est pas évident.

Jean Faniel est directeur du CRISP, le centre de recherches et d'informations socio-politiques, pour lui, la refédéralisation n'arrangerait pas non plus les Wallons et les Bruxellois : "Je ne suis pas certain que le dossier du survol de Bruxelles, par exemple, serait débloqué harmonieusement si c'était un dossier géré uniquement par le fédéral. Parce qu'alors on risquerait de voir des Francophones ou des Néerlandophones caler sur des décisions qui devraient être prises au conseil des ministres et éventuellement, ce serait une chute de gouvernement [...] Et pour l'instant, du côté francophone, en tout cas du côté de l'opposition, on peut se dire que la composition du gouvernement fédéral n'est pas avantageuse pour les intérêts francophones".

Vous l'aurez compris, cette fameuse refédéralisation n'arrangerait pas la N-VA qui rêve d'un Etat fédéral déforcé. Elle n'arrangerait pas non plus les partis francophones, de l'opposition ou même de la majorité, car la protection des francophones pourrait être mise à mal par un Etat fédéral majoritairement flamand.

Ecoutez le sujet de notre journaliste Maïté Warland

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK