Mini-Europe et Océade peuvent rester au Heysel, la direction pas convaincue

Mini-Europe et Océade autorisés à rester au Heysel jusque fin 2015
2 images
Mini-Europe et Océade autorisés à rester au Heysel jusque fin 2015 - © Tous droits réservés

Selon le ministre-président de la région bruxelloise, Rudi Vervoort, interrogé par les parlementaires bruxellois, Mini-Europe, le parc d'attractions de miniatures des grandes villes européennes, et le complexe aquatique Océade, sont autorisés à rester sur le plateau du Heysel jusque 2015 au moins. Cependant le directeur des deux parcs a répondu "ne pas avoir accepté la proposition du ministre-président".

Les deux parcs étaient sur le point de fermer leurs portes sur le plateau du Heysel le 31 août prochain. Les deux candidats en lice pour le réaménagement du plateau du Heysel, à Bruxelles, sont tous d'accords pour que tant l'Océade que Mini-Europe puissent demeurer sur ledit plateau jusque 2015 au moins.

Selon le ministre-président bruxellois, "une proposition de prolongation limitée de la concession de Mini Europe et d'Océade jusqu'au 31 décembre 2015 a été faite et acceptée par la direction de ces deux infrastructures". Thierry Meeùs, administrateur délégué des deux parcs, répond pourtant ceci : "Nous n'avons ni accepté, ni donné notre accord à la proposition, contrairement à ce qu'affirme M. Vervoort. Nous avons par contre envoyé une contre-proposition pour laquelle nous n'avons encore reçu aucune réponse."

Toujours d'après Rudi Vervoort, la Ville de Bruxelles, propriétaire des terrains, a obtenu l'accord dans ce sens des trois consortiums engagés dans la procédure de dialogue compétitif pour développer à terme le volet logement, commerce et loisirs du projet Néo de réaménagement du plateau du Heysel, après le première remise d'offres concrètes par les trois candidats, le 15 avril dernier.

Il était indispensable que les trois consortiums en concurrence pour réaménager le quartier du Heysel soient tous d'accord de prolonger la concession, a expliqué Rudi Vervoort, répondant aux très nombreuses questions des députés bruxellois sur les décisions prises lors du séminaire du gouvernement régional à Ostende, à la fin du mois de mai dernier.

Rudi Vervoort a par ailleurs dit prendre acte d'un possible transfert des activités des deux attractions à Uccle, et de la volonté de leur exploitant de ne pas entrer en dialogue avec les soumissionnaires en course afin de rester sur le site.

"Je n'ai pas accepté la proposition de Rudy Vervoort"

La direction des parcs Mini-Europe et Océade n'a donc pas formellement accepté la proposition de poursuivre les activités des deux parcs sur le plateau du Heysel jusque fin 2015, a-t-elle indiqué vendredi à l'agence Belga.

La direction de Mini-Europe et d'Océade a effectivement reçu au début de la semaine passée une proposition leur permettant de rester sur le plateau du Heysel jusque fin 2015. Elle y a répondu par une contre-proposition demandant notamment à ce que les deux parcs puissent demeurer au pied de l'Atomium durant quatre ans. "Dans le cadre du projet immobilier NEO, rien ne sera construit sur le site avant 2019. Quatre ans nous permettraient d'encore investir dans les deux parcs. Cela compte aussi pour le personnel", justifie Thierry Meeùs.

"Cette proposition de rester quatre ans me semble raisonnable pour tout le monde, que ce soit la Ville, la Région, les Bruxellois, le personnel des deux parcs ou encore les trois consortiums" en concurrence pour réaménager le plateau du Heysel, poursuit-il. Thierry Meeùs s'étonne toutefois de ne pas avoir de dialogue sur le futur des deux parcs ni avec la Région, ni avec la Ville, avec laquelle il est censé négocier, mais seulement avec un responsable de Brussels Expo. "Je n'ai encore jamais rencontré M. Vervoort", ajoute-t-il.

Dans sa contre-proposition, l'administrateur délégué des deux parcs a également demandé à recevoir davantage de précisions sur la possibilité technique pour Mini-Europe et Océade de rester sur les lieux dans le cadre du projet NEO. "Ce projet prévoit une zone verte. Mais j'ignore encore s'il est possible pour Mini-Europe de s'installer dans cette zone", s'interroge enfin l'administrateur délégué de la première attraction touristique de la capitale.

RTBF avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK