Migration, visites domiciliaires : Theo Francken dépose de nouveaux textes

Migration, visites domiciliaires: Theo Francken dépose de nouveaux textes
Migration, visites domiciliaires: Theo Francken dépose de nouveaux textes - © RTBF

C’était jour de rentrée à la Chambre. Une séance au final sans incident particulier. L’occasion pour les nouveaux députés de découvrir les lieux, pour ceux qui ont l’habitude de reprendre le travail là où il s’était arrêté. Démissionnaire du gouvernement Michel en décembre 2018, Theo Francken s’était relativement discret depuis. Le voilà de retour avec une nouvelle ambition : "Je suis l’élu avec le plus de voix de préférence de la Chambre. Je bénéficie de beaucoup de soutien en Flandre. Je suis ici pour travailler sur le contenu, pas pour les petits jeux politiques" explique le bourgmestre de Lubbeek.

Durcissement de la loi sur la nationalité

Au micro de la RTBF, Theo Francken indique ainsi qu’il dépose dès ce jeudi une série de textes : sur la migration, les visites domiciliaires et sur le code de la nationalité : "Il faut durcir la politique migratoire de la Belgique en permettant plus facilement de rapatrier les illégaux. Il faut durcir l’accès à la nationalité, permettre la déchéance de la nationalité pour les terroristes, permettre les visites domiciliaires." Ce projet, mis de côté par le Premier ministre Charles Michel en septembre 2018, tient à cœur à l’ancien secrétaire d'Etat qui veut le remettre sur le métier. Avec les 18 députés du Vlaams Belang, Theo Francken pense-t-il qu’il bénéficiera de plus de soutien ? "On va voir. J’ai toujours été contre le cordon sanitaire, depuis 20 ans. Le Belang, je m’en fous, je veux travailler. Je suis sûr qu’en Belgique, il y a une grande majorité de la population qui est en faveur d’une migration plus stricte. Je veux aussi du soutien du MR. Je vois les interviews et les tweets de Denis Ducarme, Georges-Louis Bouchez. On doit trouver une majorité pour ces lois."

Avec un gouvernement en affaires courantes et de toute façon minoritaire, avec un parlement qui penche, côté flamand, encore un peu plus à droite, nul doute que Theo Francken voudra réitérer les "coups" de la crise des 541 jours, quand des majorités alternatives avec le MR et la N-VA avaient, déjà, réformé le code de la nationalité.

Les visites domiciliaires : un projet suspendu (03/09/2018)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK