Migrants: une chaîne humaine de plusieurs milliers de personnes pour protester contre les arrestations

Entre 2000 et 2500 personnes, selon les organisateurs, ont réalisé une chaîne humaine depuis la gare du Nord en réaction aux possibles arrestations des migrants au Parc Maximilien et à la gare du Nord. Ils ont tenu à montrer leur opposition à la politique menée par le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration Theo Francken et par le gouvernement fédéral.

La plateforme citoyenne qui gère l'hébergement et le covoiturage des migrants avait annoncé sur Facebook l'organisation de cette chaîne à partir de 19h00, au départ des marches de la gare du Nord, rebaptisées "place de le peur", jusqu'au parc Maximilien, devenu désormais à ses yeux "carrefour de la solidarité".

Montrer la solidarité

"La solidarité fait partie de notre culture. Et puis, la résistance aussi contre les frappes de police. On ne doit pas se laisser faire. J'ai envie de montrer la solidarité et puis j'ai envie de dire que ce n'est pas parce qu'on est mieux installé ou qu'on vit mieux, qu'on n'est pas solidaire avec ce qu'il se passe dans le monde", explique une participante.

"Je suis très fâchée contre le gouvernement belge qui ne fait rien. Ce sont les citoyens qui doivent prendre la relève pour aider les autres et les gens dans le besoin. Le fait qu'il y ai tant de monde aujourd'hui, ça prouve qu'on n'est pas d'accord", insiste une autre dame.

"C'est le témoin d'une grande mobilisation citoyenne sur cette problématique. Je pense que c'est important que l'on puisse témoigner de son désaccord avec les politiques du gouvernement fédéral", ajoute un autre manifestant.

"Un ras-le-bol"

"On a littéralement, à travers la Belgique, des personnes qui nous informent. Et pour cette seule intervention, on a 4 sources différentes, de différents niveaux de pouvoir, de différents organes étatiques, qui nous on prévenu de ce qui allait se produire. Donc, c'est cette dynamique globale qui est extrêmement satisfaisante", précise Mehdi Kassou, porte-parole de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés.

"On retrouve ce ras-le-bol partout, dans le corps de police, chez les citoyens et c'est très intéressant de voir que parmi les citoyens qui hébergent, il y a des gens de tout bords, de tout bords politiques, de tout niveau social", conclut-il.

Départ vers 19h15

La chaîne humaine est partie vers 19h15 de la gare du Nord en direction du Parc Maximilien.

Aucun demandeur d'asile ou migrant n'est présent ce dimanche dans le parc. Des volontaires se sont en effet mobilisés afin qu'ils soient accueillis chez des citoyens-hébergeurs. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK