Mgr Léonard: "Le sida est une forme de justice immanente"

RTBF
RTBF - © RTBF

Scandaleux dérapage pour la DH. Honteux pour Sud presse. Choquant pour le "Nieuwsblad". Quelques titres de la presse parmi d'autres ce vendredi matin.

Dans un recueil d'interviews critiques qui vient d'être publié en néerlandais, l'archevêque déclare que "le sida est une forme de justice immanente". A la VRT radio, son porte-parole tente de rectifier le tir : "Je ne l'aurais pas dit comme ça".
Dans leur ouvrage "Monseigneur Léonard - conversations" sorti en français en 2006, les journalistes Dominique Minten et Louis Mahoux retracent la jeunesse et la carrière dAndré-Joseph Léonard, exposent ses idées et se penchent sur les problèmes auxquels lEglise catholique est actuellement confrontée.

Larchevêque dit ce qu'il pense, ce qui fait du bruit aujourd'hui en Flandre car depuis sa sortie en français, l'évêque de Namur est monté en grade et devenu archevêque de Malines-Bruxelles.

Polémique, donc lorsqu'il affirme notamment que le sida n'est pas "une punition divine" mais "tout au plus une forme de justice immanente", en poursuivant son raisonnement par une comparaison avec les problèmes écologiques. Selon lui, lhomme est ainsi aussi responsable pour des problèmes comme le réchauffement climatique.

Les réactions sont vives au Nord comme au Sud

La polémique reprend de plus belle. Dans les rangs flamands d'abord, les critiques pleuvent. Le sénateur NV-A Piet de Bruyn parle d'un manque total de compassion à l'égard des malades du sida et des séropositifs. La sénatrice SP.a Marleen de Temmerman parle d'une culpabilisation insensée des personnes atteintes du Sida. Le VLD en profite pour redemander que les citoyens puissent dire dans leur déclaration fiscale à quelle religion ou conception philosophique iront leurs impôts.

Côté francophone, la députée Catherine Fonck juge inacceptable de considérer cette maladie comme une forme de punition. Pour le sénateur Philippe Mahoux on stigmatise des malades qui sont avant tout des victimes. Quant au député MR Denis Ducarme, il s'interroge sur les possibilités de réconciliation entre la société et l'Eglise catholique.

Triangles d'avertissement

"Vu lagenda très chargé de larchevêque, jai été impliqué dans la relecture", a expliqué dans lémission de radio "De Ochtend" sur la VRTce jeudi le porte-parole du primat de Belgique, Jürgen Mettepenningen. "J'ai mis un triangle d'avertissement de danger à certains passages dont cette déclaration. Mais larchevêque ne la pas modifié, affirmant quil ne pouvait pas écrire autre chose que ce quil pense".

"Lorsquil écrit que lhomosexualité est une forme de sexualité mal comprise, jai également ajouté le triangle de danger. Je pensais 'Faut-il vraiment écrire cela comme ça ?' Mais ce nest pas à moi de dire ce que larchevêque doit penser. Je suis son porte-parole, pas celui qui décide ce qu'il doit dire".

Jürgen Mettepenningen comprend parfaitement que les déclarations de Monseigneur Léonard vont une nouvelle fois lui valoir une étiquette de conservateur. "Mais que conservateur ? Dans le sens strict du terme, cela veut dire conserver ce qui doit lêtre et changer ce qui doit être modifié. Je trouve quil est honnête dans ce quil écrit et quil na pas peur de donner son avis, même si cela le rend naturellement vulnérable".

 

L'agence de presse Catho.be a reproduit le passage incriminé sur son site internet.

 

JFH et M.S. avec Anina Meeus et deredactie

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK