Polémique en Flandre après une messe télévisée: "Les femmes doivent être soumises à leur mari"

La scène a fait le tour de la toile en Flandre : ce dimanche, lors de la messe télévisée retransmise par la VRT sur Eén et Radio 1, le curé de l'abbaye de Grimbergen a lu un texte de la Bible, une lettre de saint Paul aux Ephésiens, dans lequel la femme est invitée à être soumise à son mari : "Femmes, soyez soumises à votre mari comme l'homme l'est au Seigneur", a-t-il déclaré. "Car l'homme est à la femme, ce que le Christ est à l'Eglise. Il a donné sa vie pour sauver l'Eglise. La femme doit donc être soumise à lui comme l'Eglise est soumise au Christ."

"Si un imam avait dit ça..."

Après la diffusion, le ministre flamand de la Culture, Sven Gatz (Open VLD) a plaidé à nouveau pour la suppression de la diffusion des cultes sur le service public : "Si un imam avait dit cela à la télévision, cela aurait fait du grabuge !", s'est-il exclamé sur Twitter. "La liberté de culte, OK. La liberté d'opinion, OK. Mais pas de discours rétrograde sexiste aux frais des pouvoirs publics svp."

La VRT diffuse les messes parce que cela figure dans son contrat de gestion avec le Gouvernement flamand. Le principe veut que la VRT ne soit pas responsable de ce qui est dit durant l'office. Néanmoins, Sven Gatz estime dommage que ce discours ait été diffusé sans filtre, sans que la responsabilité de la VRT soit engagée. 

Un texte lu dans toutes les églises du monde

Le père supérieur de l'abbaye de Grimbergen a réagi ce lundi à la polémique. Johan Goossens entend remettre le texte dans son contexte: "Il s'agit d'un texte issu d'une lettre de Paul, lue hier dans toutes les églises, dans toutes les langues, du monde entier. Tous les trois ans, ce texte revient et il parle en réalité d'amour. Le sens du texte est que l'homme et la femme doivent s'estimer et se respecter". Le père Goossens estime que les personnes choquées ont retiré une phrase de son contexte, une phrase qu'on ne peut comprendre que si on la replace dans le sens général du message de la Bible. Il regrette la réaction du ministre Sven Gatz et se dit étonné de la critique. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK