Menaces d'Al-Qaïda: les terroristes mentionnent la Belgique dans leurs plans

La Belgique a pris samedi une série de mesures préventives "classiques" de "vigilance accrue", tout comme d'autres pays européens, en raison de menaces d'attentats d'Al-Qaïda.

Elle a notamment augmenté les dispositifs de contrôle et de présence policière dans des lieux stratégiques sur la base d'un niveau de menace 3, suivant les recommandations de l'Ocam (Organe de coordination et d'analyse de la menace), comme ce fut déjà le cas ces derniers mois.

"Le renforcement de la surveillance dans les aéroports de Zaventem et Liège ainsi qu'à la gare de Bruxelles-Midi n'est pas une question de routine", d'après le quotidien flamand qui se base sur des sources au sein des services de sécurité.

La Belgique a été mentionnée dans des discussions interceptées par les services de renseignements américains.

Une de ces conversations aurait eu lieu au plus haut-niveau de l'organisation Al-Qaïda, entre son leader Ayman al-Zawahiri et son bras droit au Yémen, récemment promu numéro deux du réseau. Rien n'indique toutefois que c'est au cours de cette discussion précise que la Belgique a été citée.

Pour rappel, l'agence américaine chargée du renseignement électronique, la NSA, a fourni à trois reprises des informations qui ont permis d'éviter un "possible acte terroriste" en Belgique, selon le chef du service de renseignement de l'armée, le général-major Eddy Testelmans.

Evidence de menace

Pour Alain Winants, patron de la Sûreté de l'Etat cité par Het Belang Van Limburg, il est "évident" qu'il y a des motifs concrets, comprenez une menace réelle, pour le renforcement de la sécurité décidé par la Belgique. L'administrateur général de la Sûreté ne rentre par contre pas dans les détails.

La Belgique a appelé mardi ses ressortissants à quitter le Yémen "en raison de la situation sécuritaire très sérieuse".

La Belgique n'a pas par contre pas demandé aux Pays-Bas de surveiller de façon particulière les trains à destination de la Belgique. Les Néerlandais ont été informés des menaces concrètes planant sur la Belgique, "ce qu'ils en font, c'est leur affaire", précisent les sources de Het Laatste Nieuws. Dirk Schoof, le coordinateur néerlandais de lutte contre le terrorisme et pour la sécurité précise que cette menace n'est pas dirigée contre les Pays-Bas, qui sont cependant au niveau de vigilance maximum.


Avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK