Menace terroriste sur la Belgique? L'OCAM parle "d'informations non contextualisées"

Les quotidiens du groupe Sud Presse annonçaient ce mercredi matin une nouvelle menace imminente sur la Belgique
Les quotidiens du groupe Sud Presse annonçaient ce mercredi matin une nouvelle menace imminente sur la Belgique - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

L'OCAM, l'Organe de coordination pour l’analyse de la menace, a annoncé ce mercredi maintenir le niveau de la menace à 3 (grave) sur une échelle de 4.

"Le niveau de la menace est défini sur la base de renseignements analysés et contextualisés. Les informations dont il est aujourd'hui question dans certains médias, constituent des informations non contextualisées et n'ont, en tant que telles, aucun impact direct sur le niveau de la menace actuel", note l'OCAM dans un communiqué.

Une nouvelle menace terroriste précise ?

Selon les journaux du groupe Sud Presse et la Dernière Heure, une note de la cellule antiterroriste a été distribuée dans les commissariats du pays annonçant que des membres de l'Etat islamique auraient quitté la Syrie il y a quelques jours pour rejoindre l'Europe, dans le but de commettre des attentats en France et en Belgique.

Selon Sud Presse, le centre commercial City 2 à Bruxelles, un McDonald's et un commissariat seraient visés et "l'action serait imminente".

Selon les informations de la DH, le Centre de Crise recommande par ailleurs, depuis la semaine passée aux autorités administratives et "sur l’ensemble du territoire", d’envisager l’éventualité de "maintenir, reporter ou annuler les grands événements sur le territoire de leur commune".

Toujours selon la DH, la liste des cibles potentielles est considérablement augmentée. 

Pourquoi l'OCAM n'augmente donc pas la menace ?

L'information diffusée par Sud Presse et la DH ce matin a en effet été diffusée à toutes les zones de police locales par les SICAD, les Services d'information et de communication d'arrondissement, qui doivent veiller à diffuser rapidement les informations vers le terrain. 

Pour ne pas perdre de temps et éviter peut-être un attentat, les informations ont été transmises avant que l'OCAM n'ait pu vérifier la fiabilité de la source à l'origine de l'information.

Après examen, l'OCAM a considéré qu'aucun signe tangible d'un attentat imminent ne justifiait d'augmenter le niveau de la menace.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK