Menace terroriste: la liste des 30 pays déconseillés aux voyageurs

Les Affaires étrangères ont revu leur liste des pays déconseillés aux ressortissants belges, ce jeudi
Les Affaires étrangères ont revu leur liste des pays déconseillés aux ressortissants belges, ce jeudi - © thinglink sur base d'une carte publiée par la diplomatie française, sur son site

Compte tenu des menaces proférées par le groupe terroriste Etat islamique à l'encontre des citoyens des pays participant à la coalition internationale qui le combat en Irak et en Syrie, la France avait revu sa liste des pays à risque. Le ministère des Affaires étrangères avait épinglé une trentaine de pays dans lesquels ses ressortissants doivent, dit-il, "renforcer leur vigilance". Alors que la Belgique se prépare à participer à cette coalition internationale, les Affaires étrangères belges ont aussi revu leurs recommandations dans certaines régions, ce jeudi. Et la question de l'envoi de F16 en Irak a été déterminante.

Conséquence directe de l'appel que les jihadistes sunnites ont lancé à leurs partisans pour qu'ils tuent des citoyens des pays de la coalition internationale, et de l'exécution de l'otage Hervé Gourdel enlevé en Algérie qui a suivi, la diplomatie française a appelé tous ses ressortissants à la plus grande prudence dans une trentaine de pays, essentiellement au Moyen Orient, au Sahel et au Maghreb.

Dans les conseils donnés aux voyageurs sur son site, le Quai d'Orsay mentionne chaque fois la menace que présente le groupe Etat islamique pour chacun des pays de ces régions. "Dans le contexte de l’intervention de la coalition internationale contre Daech (appellation officielle pour "Etat islamique", en France), et face au risque accru d’enlèvements et d’actes hostiles contre les ressortissants des pays membres de la coalition, les Français résidant ou de passage dans le pays sont invités à renforcer leur vigilance", lit-on systématiquement.

Les ressortissants belges moins menacés?

Dans ce récent avertissement à ses ressortissants, la France insiste sur le risque élevé concernant les voyages au Sahel: "La menace d’attentat et d’enlèvement visant des Occidentaux demeure élevée dans la zone sahélienne mais aussi dans les pays limitrophes", écrit le ministère français des Affaires étrangères en précisant qu'"aucune zone ne peut plus désormais être considérée comme totalement sûre".

Le Quai d'Orsay a aussi publié une carte de cette région en déconseillant "formellement" les déplacements dans certains pays, comme la Mauritanie, le Mali ou le Niger. Ce jeudi jusqu'à 16 heures, les recommandations de la Belgique pour ses ressortissants dans cette région étaient moins catégoriques.

Sur la carte du Quai d'Orsay ci-dessous, les pays en rouge sont "formellement déconseillés". Déplacez votre curseur pour voir les recommandations qui étaient formulées par les Affaires étrangères belges.

Les F-16 changent la donne

Les ressortissants belges sont-ils moins menacés que les ressortissants français dans cette région, ou au Maghreb, et surtout au Moyen Orient? Contacté ce jeudi à ce propos, le ministère belge indique, quelques heures plus tard, qu'il revoit ses recommandations, rejoignant celles de l'Hémicycle.

"Nous recommandons à tous les ressortissants belges qui se trouvent ou se rendent au Moyen-Orient, au Sahel et au Maghreb de faire preuve d'une vigilance accrue", déclare alors Joren Vandeweyer, le porte-parole de la diplomatie belge.

La perspective de l'envoi de F16 belges en Irak, conditionné au vote de la Chambre ce vendredi après l'accord du kern mercredi, a été déterminante. Cet envoi concrétiserait la participation effective de la Belgique dans la coalition internationale, dont les pays membres ont été menacés par le groupe terroriste Etat islamique de voir certains de leurs citoyens exécutés par des groupes qui lui ont prêté allégeance, à travers le monde.

"Cela a joué" dans les nouvelles recommandations des Affaires étrangères, déclare Joren Vandeweyer en ajoutant ne pas disposer "d'indications de risque spécifique contre les Belges, mais bien de risque réel contre les occidentaux, et donc y compris les Belges".

Les Affaires étrangères demandent avant tout aux ressortissants belges qui se trouvent dans ces régions "de se manifester auprès de nos ambassades, de suivre les conseils des autorités locales et de ne pas prendre de risque inutile". Dans les recommandations et les niveaux de menace adaptés par pays sur le site diplomatie.be, il est aussi généralement conseillé d'y privilégier les restaurants des hôtels sécurisés, et d'éviter les grands rassemblements.

Germain Renier

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK