Médecine: Ecolo appelle à une régulation territoriale de l'offre de soins

Muriel Gerkens, députée fédérale Ecolo, face à la ministre Maggie De Block.
Muriel Gerkens, députée fédérale Ecolo, face à la ministre Maggie De Block. - © ERIC LALMAND - BELGA

La saga de la limitation du nombre de médecins et de l'incertitude liée au concours de médecine en juin prochain n'en finissent pas d'amener chaque jour de nouveaux épisodes. On apprend aujourd'hui que les étudiants attaquent ce concours en justice, en l'absence de décisions politiques cohérentes et concertées.

La fragilité juridique de ce concours avait pourtant été rappelée lors des récents débats au parlement. C'est donc sans surprise qu'Ecolo apprend cette nouvelle et plaide une nouvelle fois pour une solution durable, qui revoit le système en profondeur, tant au niveau des études que des numéros Inami.

« Il y a 20 ans, les lobbies médicaux ont réussi à convaincre certains politiques que limiter le nombre de médecins permettrait de faire des économies dans la Sécurité sociale, alors qu'il s'agissait essentiellement d'un combat corporatiste. Depuis, les différentes lectures de ce dossier continuent de se faire sous le prisme de la limitation de l'accès, alors qu'il faut repenser l'ensemble du système pour coller à la réalité», explique le député Ecolo Philippe Henry.

Basée sur une évaluation des besoins de la population

Au niveau des études, Ecolo plaide pour une réorganisation complète des différentes filières d'école de la santé, en s'appuyant sur un tronc commun réel et une orientation bien plus progressive des étudiants tout au long de leur cursus. Et concernant les médecins en exercice, les écologistes pointent l'importance d'organiser une régulation territoriale de l'offre de soins qui se base sur une évaluation des besoins de la population. «La situation actuelle confine à l'absurde alors qu'on constate des pénuries réelles, tant en médecine générale dans certaines zones géographiques que dans plusieurs spécialités, ce que chacun peut par exemple observer lorsqu'il tente d'obtenir un rendez-vous à l'hôpital. Au-delà des questions liées aux examens et aux quotas, c'est de l'accessibilité aux soins dont il est question», ajoute Muriel Gerkens, députée fédérale Ecolo.

L'avenir de nos soins de santé en dépend

«L'évolution du métier, des technologies et l'allongement de la vie ont modifié les besoins en offre de soins. Les pénurie de médecins, tant généralistes que spécialistes, un peu partout dans le pays prouvent en outre aujourd'hui que les différentes formes de contingentement sont non seulement inefficaces mais contre productives. Nous appelons les différents niveaux de pouvoir à enfin prendre leurs responsabilités et souhaitons que ce sujet soit mis à l'ordre du jour dans les plus brefs délais au niveau du comité de concertation, lieu d'intersection et d'arbitrage des différents Gouvernements de ce pays. L'avenir de nos soins de santé en dépend», concluent Muriel Gerkens et Philippe Henry.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK