Médecine/dentisterie: les étudiants attaquent l'examen complémentaire en justice

D'ici quelques semaines, les étudiants de première année de médecine/dentisterie devraient passer un examen complémentaire. Il s'agit du concours qui sélectionne les étudiants en fonction du nombre de numéros Inami disponibles. Mais ce concours 2017 a plus que du plomb dans l'aile en raison des retards du fédéral.

C'est le journal le Soir qui l'annonce. Les étudiants ont annoncé qu'ils allaient attaquer ce concours en justice. FEF, fédération des étudiants francophones, le Cium, comité inter-universitaire des étudiants en médecine et les fédérations étudiantes des universités de Liège, de Namur, de l'ULB et de l'UCL ont mandaté deux avocats.

Devant le tribunal de première instance de Liège

Ces deux avocats vont lancer dès cette semaine une procédure en référé devant le tribunal de première instance de Liège. Parce que c'est là que les étudiants se frotteront en premier au concours.

L'action est fondée sur le fait que le fédéral a tardé pour fixer les quotas Inami de 2022. Il faut six ans légalement entre la publication officielle et la fin des études. Or l'arrêté royal a été adopté en septembre 2016. En d'autres termes , la Fédération Wallonie-Bruxelles organise un concours en fin de première année, sans savoir combien doivent le réussir. C'est sur cette base que les avocats mandatés par les étudiants intentent leur action en référé. 

"Il n'y a pas eu de quotas fédéraux du tout et au niveau communautaire le gouvernement de la Communauté française n'a pas non plus adopté de nouveau quota. On ne peut donc pas classer les étudiants puisqu'il n'y a pas de quotas. Les examens sont les seules épreuves valables cette année", comme l'a expliqué Me Aurélie Kettels au micro de Baptiste Hupin.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK