Maxime Prévot sur la fermeture des frontières : "C'est un débat qui est biaisé"

La campagne de vaccination s’accélère en Belgique. Après les hôpitaux cette semaine, ce seront ensuite les personnes de plus de 65 ans qui seront vaccinées. Maxime Prévot, bourgmestre de Namur et président du cdH était l’invité de la Matinale sur la Première. Il explique qu’il n’est nullement associé à cette campagne de vaccination et qu’il découvre dans la presse les lieux qui ont été retenus comme centres de vaccination.

Mais ce qui le préoccupe le plus c’est "que la première ligne de soins et je pense singulièrement aux médecins généralistes qui avec leur cercle assument depuis des mois cette première ligne, notamment dans les centres de testing, et qui se demandent à quelle sauce ils vont être mangés. Quel va être le degré de participation qui va être sollicité de leur part. Pour le moment, ils restent dans le flou. Je pense qu’il est urgent de concerter ces médecins généralistes, cette première ligne vers laquelle, d’ailleurs, les citoyens se tournent plus volontiers pour poser leurs questions…".

La campagne de vaccination

Comment va se dérouler la vaccination au niveau logistique ? Alors que dans 6 ou 7 semaines les plus de 65 ans devraient être vaccinés, on n’est pas encore prêts. Est-ce normal ? Pour le bourgmestre de Namur, ce n’est clairement pas normal. Et il poursuit : "Est-ce qu’il sera possible de se préparer ? Oui. Est-ce qu’il est normal de s’y préparer seulement maintenant ? Non".

Dès le mois de novembre, rappelle le président du cdH, il a tiré la sonnette d’alarme "en disant qu’on avait insuffisamment anticipé la stratégie de vaccination". Cependant à l’époque, la quantité de vaccins qu’allait obtenir la Belgique n’était pas connue. Mais pour Maxime Prévot, "on savait très bien depuis la première vague que le seul moyen de se sortir à terme de cette crise, c’était par la vaccination".

Pour l’invité de la Matinale, il aurait fallu, préparer toutes ces questions logistiques il y a des mois pour gagner du temps. Et si aujourd’hui les gouvernements en Belgique prétendent qu’ils accélèrent la vaccination, dit-il : "C’est pour rattraper le retard qui a été pris". Et il cite l’Allemagne en exemple qui est prête depuis des mois.

Pour le bourgmestre de Namur, on a perdu du temps dans la préparation logistique. Les pouvoirs locaux devront-ils acheter dès lors les seringues, comme cela a pu être le cas avec les masques. "Je n’imagine pas que ce soit maintenant aux bourgmestres de devoir acheter les seringues". Maxime Prévot espère que malgré le retard tout rentre dans l’ordre progressivement.

Pour le président du cdH, une chose est claire, les communes ont dû pallier le manque d’organisation du fédéral et notamment dans les phases relatives aux masques ou au testing. "Ce sont les communes qui sont montées en première ligne pour pouvoir aussi efficacement que possible apporter le soutien logistique".

Les règles pour les voyageurs

Le gouvernement souhaite durcir les règles pour les voyageurs. Pour Maxime Prévot, le débat sur la fermeture des frontières est biaisé, parce qu’il est irréaliste que la Belgique puisse le faire en raison des nombreux contacts transfrontaliers, sans oublier que cela mettrait encore plus à mal l’économie.

Pour l’invité de la Matinale, le vrai problème c’est la discipline des personnes qui reviennent en Belgique et qui doivent respecter la quarantaine.

Dans ce cadre explique-t-il, le gouvernement wallon va transmettre une liste des personnes qui outre passent les règles : "Et là on peut alors mobiliser notre police pour aller leur rappeler qu’il y a aussi un intérêt collectif à préserver". Doit-on comprendre que la police va aller toquer aux portes ? "J’ai tout de suite dit que la vocation de la police, ce n’était pas de faire du babysitting".

Selon le bourgmestre de Namur, au départ le gouvernement wallon souhaitait envoyer une liste complète des personnes qui devaient se mettre en quarantaine. "Mais moi je ne vais pas envoyer la police pour pouvoir regarder par le trou de la serrure si oui ou non chacun la respecte. Par contre, une liste limitative et ciblée de personnes qui depuis plusieurs jours, manifestement, ne respectent rien volontairement, là oui".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK