Maxime Prevot: "Don't stop me now" !

"Don't stop me now", chantonne le bourgmestre Maxime Prevot, à quelques semaines des élections communales
"Don't stop me now", chantonne le bourgmestre Maxime Prevot, à quelques semaines des élections communales - © Rudy Hermans - RTBF

Le bourgmestre cdH Maxime Prévot a ouvert le ban officiel des fêtes de Wallonie dans les jardins de l’hôtel de ville avec une allocution chantonnée dans laquelle il s’interroge avec humour sur son propre avenir après le scrutin du 14 octobre. Comme Queen le réclamait: "Don’t stop me now !", sourit-il. Et il complète avec une chanson de Cabrel: "Et ça continue encore et encore, c’est que le début, d’accord, d’accord"... 

Bilan urbanistique
Le bourgmestre s'appuye d’abord sur le bilan des 6 dernières années. Il fait le compte des chantiers engagés dans la capitale wallonne: rénovation du Grand Manège, nouveau conservatoire de musique, installation de la passerelle sur la Meuse, le futur téléphérique et différents autres aménagements urbains. Ils témoignent, dit-il, "du
réveil enthousiasmant de ce qui fut une ville endormie, et qui offrira des plus-values exceptionnelles à toute notre population, et de la fierté à tous les Wallons quand ils seront achevés. "

Agressivité électorale
C’est donc surtout un discours de campagne que prononce Maxime Prévot à l'occasion de ces fêtes. Une campagne, souligne-t-il, émaillée ces derniers jours à Namur d’actes agressifs. Le bourgmestre réclame de la sérénité et du respect. "Que l'on exprime des points de vue divergents, c'est normal. Que cela soit dit vertement, on peut l'admettre. Mais insulter, agresser, verbalement et - plus grave - physiquement, ce n'est pas normal", martèle-t-il. Et s’il admet que les hommes et femmes politiques ne sont pas exempts de reproches, il demande qu’on se souvienne que ce sont avant tout des citoyens qui s’engagent au service des autres.

Les difficultés
Le bourgmestre se félicite aussi que Namur continue sa croissance dans un environnement économique qui stagne. C’est pour lui l’occasion de remettre sur la table le projet de centre commercial fort disputé par différentes associations locales.
Un mot aussi sur les difficultés croissantes liées à la mobilité mais aussi à la propreté et à la sécurité routière à propos desquelles Maxime Prévot a détaillé un ensemble de mesures avant de s’engager à faire de Namur une ville d’avenir si, dit-il, il reste aux commandes après les élections.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK