Maxime Prévot (cdH) : "Le fruit n'est certainement pas mûr pour trouver une coalition fédérale"

Les informateurs royaux Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V) présentent au roi le rapport sur leur mission ce lundi. Ils ont eu de nombreux contacts politiques ces derniers jours. Interrogé sur La Première, le président du cdH Maxime Prévot invite à "être résolument, indécrottablement optimiste", même s'il semble difficile de sortir de l'enlisement politique actuel au niveau fédéral. Il refuse de qualifier "d'échec" la mission des informateurs, mais pour autant "le fruit n'est certainement pas mûr pour trouver une coalition fédérale. J'ai pu le constater en cours de semaine puisque le cdH participe aux discussions, vient avec ses propositions pour qu'on puisse être des acteurs de la solution. La note qui nous a été proposée par les informateurs se distinguait plus par ce qu'on n'y trouvait pas que par ce qu'il s'y trouvait quelque chose de révolutionnaire. Mais peut-être cette note a-t-elle évolué depuis lors."

"Marquer des goals pour la maison Belgique"

Selon lui, les informateurs ont "essayé d'embarquer dans le bateau un maximum de formations politiques" et ont évité d'intégrer des éléments qui pouvaient rebuter certains interlocuteurs. "Mais à force d'avoir un peu aseptisé la note, il n'y avait plus nécessairement d'élément fédérateur ou enthousiasmant. On n'arrivera jamais à mettre tout le monde d'accord à 100% sur une note qui satisfait chacun. La vraie question, c’est: est-ce que oui ou non on accepte de monter au jeu pour aller marquer des goals pour la maison Belgique?".

Le président du CD&V Joachim Coens ne veut pas entamer des négociations sans que la N-VA soit présente à la table. Pour Maxime Prévot, ancien allié du CD&V, les chrétiens flamands doivent se lancer sans la N-VA : "Jusqu'à présent le CD&V tient un discours selon lequel, puisque la N-VA a réalisé le score que l'on connaît en Flandre et qu'il est un acteur quasi incontournable dans l'espace politique et médiatique flamand, il doit lui-même se mettre hors-jeu. Mais on voit bien que Bart De Wever est très malin, c'est un filou : au plus on lui demande de se mettre hors-jeu, il va continuer de dire qu'il est disponible, que rien ne lui fait peur et qu'il est prêt à faire des concessions. Je crois que le CD&V, à un moment donné, doit faire le deuil d'une alliance quelconque entre le grand parti flamand qu'est la N-VA et le grand parti francophone qu'est le PS, parce qu'à force d'être dans ce schéma, on reste dans du blocage".

1 images
Maxime Prévot © RTBF
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK