Maternités: les sages-femmes du nord du pays critiques face aux recommandations du KCE

Les sages-femmes du nord du pays sont critiques.
Les sages-femmes du nord du pays sont critiques. - © FRED DUFOUR - AFP

L'organisation professionnelle regroupant les sages femmes du nord du pays (VBOV) a réagi de manière critique jeudi au rapport du Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) recommandant la fermeture de 17 petites maternités sur les 104 que compte la Belgique. "L'accouchement est réduit ici à un 'acte' qui doit rapporter, sans plus. Seule la quantité est utilisée ici comme mesure de qualité", ont-elles souligné.

"Accoucher est un véritable événement dans une vie qui nécessite plus que des soins médicaux techniques", poursuit l'organisation professionnelle. "Si nous évoluons vers des maternités plus importantes, les accents ne peuvent pas être mis uniquement sur l'efficacité. Donner naissance, c'est bien plus que de l'efficacité. C'est un événement dans une communauté où la famille et les amis peuvent apporter un bon soutien."

Très préoccupée

L'union professionnelle se dit bien consciente des changements en matière de soins de santé mais souhaite cependant attirer l'attention sur l'impact d'une diminution de l'offre de soins au début de la vie. "Notre société pourrait faire en sorte que chaque femme qui accouche en Belgique soit entourée par une équipe de soignants qui prend le temps pour lui prodiguer les soins qu'elle mérite afin d'assurer la transition vers la parentalité en toute tranquillité", poursuit l'organisation.

L'union professionnelle est également très préoccupée par le sort réservé aux sages-femmes employées dans ces maternités. "Elles sont spécialisées dans les soins à la mère et à l'enfant et ne peuvent pas simplement être déplacées en gériatrie ou dans un autre service infirmier où l'on manque de personnel."

"Tout ce qui semble bon d'un point de vue économique ne l'est pas nécessairement pour le patient", conclut l'organisation.

Reportage sur le fait qu'une maternité sur six pourrait disparaître (JT de la mi-journée):

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK