Matériel et conseils pour la culture de cannabis : 4 ans de prison pour l’un des fondateurs de la société horticole Terra terra

C’est une enquête du parquet fédéral qui avait révélé les pratiques peu conventionnelles de Terra Terra. L’entreprise horticole et ses travailleurs étaient soupçonnés d’organisation criminelle et d’association de malfaiteur. En réalité, cette société vendait du matériel spécialisé assorti de conseils pour la culture de cannabis. Le tribunal correctionnel de Namur a prononcé son jugement.

Organisation de malfaiteurs

Le jugement n’a pas retenu l’organisation criminelle, ni le blanchiment d’argent mais bien l’organisation de malfaiteurs. Certes le matériel vendu était légal mais les 17 prévenus, dans leurs déclarations, ont majoritairement admis qu’ils savaient que les clients s’en servaient pour la culture du cannabis. Certains vendeurs donnaient des conseils sur la manière de cultiver par téléphone ou en direct. Ils garantissaient même l’anonymat des clients grâce à des pseudonymes. L’une des équipes de la RTBF l’avait d’ailleurs démontré lors d’un tournage en caméra cachée.

Deux des prévenus écopent de 15 mois avec sursis. Mais c’est l’un des deux fondateurs qui hérite de la peine la plus lourde : 4 ans de prison avec sursis, son fils n’a pas été jugé. Il doit faire l’objet d’une expertise psychiatrique. Quand à la société Terra, qui avait pignon sur rue dans 5 magasins situés à Jambes, Genval, Marcinelle, Jette ou Ixelles, elle est condamnée à une amende de 60.000 euros.

Archives JT 05/05/2019 - Bruxelles: manifestation pour la légalisation du cannabis thérapeutique

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK