Marie-Christine Marghem (MR): "Je ne suis pas vendue à Electrabel"

Après les vives critiques dont elle a fait l’objet il y a une semaine concernant la redevance due par Electrabel et EDF, Christine Marghem(MR) est l’invitée de Bertrand Henne ce lundi dans Matin Prem1ère. À la veille d’un nouveau round de questions auxquelles elle devra faire face en commission de la Chambre ce mardi, la ministre fédérale de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable s’est exprimée face aux attaques dont elle fait l’objet, la COP21 et la hausse unilatérale de la TVA.

Melchior Wathelet (cdH) a conclu cette convention

Accusée par l’opposition d’avoir fait perdre trois millions à l’état par négligence, Marie-Christine Marghem rétorque, sans sourciller: "Il n’y aura aucun manque à gagner pour l’Etat, ce qui fait débat entraîne les raccourcis et les attaques infondées lancées par la minorité."

D’emblée, l’élue MR rend coup pour coup et rappelle le rôle joué par le précédent gouvernement, dirigé par le socialiste Elio Di Rupo : "C’est le ministre Melchior Wathelet (cdH) qui a conclu cette convention pour Tihange 1 moyennant une redevance à payer par les exploitants, calculée selon une formulée critiquée dès le début, en 2013. Une formule qui n'est pas parfaite, loin s’en faut."

Une formule dont le rendement s’est effectivement avéré bien inférieur aux estimations. Un exemple, là où le Fédéral s’attendait à obtenir 125 millions par an, il n’en recevra qu’une quarantaine pour 2015, soit trois fois moins.

En cas de non-accord, un expert tranchera

En avril 2016, le régulateur s’est penché sur cette formule et parmi les hypothèses émises a estimé que la ministre pourrait néanmoins réclamer plus. "En date du 13 septembre dernier, j’ai envoyé cette hypothèse, avec la redevance maximale aux exploitants, en leur réclamant trois millions d’euros", se défend Marghem. Mais pour l’opposition, la ministre a trop tardé car la somme devait être due pour le 15 septembre. "C’est un délai conventionnel, ce n’est pas grave si l’on ne s’y tient pas du moment que les parties sont d’accord. Et en cas de non-accord, un expert tranchera. Je ne suis pas vendue à Electrabel comme on n’arrête pas de répéter sans arrêt."

Là où le bât blesse, c’est que cet expert n’a pas encore été nommé, notamment à cause du refus de… la majorité. " Même si certains le souhaitent il n’y aura pas une nouvelle affaire Galant, même si certains dans l’opposition le souhaitent."

Tout est compliqué en Belgique

Concernant la COP21, celle qui est également en charge de l’Environnement a rappelé pourquoi le traité de la COP 21 n’a pas encore été ratifié par la Belgique, alors que la Chine et les Etats-Unis, considérés traditionnellement comme les mauvais élèves l’ont fait. "Tout est compliqué en Belgique parce que nous sommes confrontés, à cause de la fédéralisation de plus en plus poussée de ce pays, à de nombreuses difficultés. C’est un traité mixte, les régions doivent donc également le ratifier."

La hausse de la TVA d'1% ? Il n’y a pas de sujet tabou

Pour terminer, l’épineuse question du budget fédéral. Le gouvernement Michel va-t-il augmenter unilatéralement la TVA d’un 1% afin de combler l’effort budgétaire passé de 2,4 à 4,2 milliards ? "Il n’y a pas de sujet tabou. Vous avez entendu la ministre du Budget ce weekend. S’il y a des mesures contre-productives, il faut les revoir."          

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK