Marie-Christine Marghem : " Je soutiens la manifestation de ces jeunes "

Round 3 pour le Youth for Climate. Cette après-midi, les jeunes descendront, une nouvelle fois, dans la rue pour manifester en faveur du climat. Un mouvement qui prend de l’ampleur avec, en plus de Bruxelles, des rassemblements prévus à Liège, à Namur et à Anvers.

Interpellée sur le regard qu’elle porte sur ces manifestations étudiantes, Marie-Christine Marghem a affirmé soutenir ces jeunes. « Cette manifestation et cet engagement des jeunes sont quelque chose que je veux souligner », a-t-elle ainsi déclaré après avoir précisé que si elle était toujours en rhéto, elle aurait probablement marché aux côtés de ces jeunes.

Toutes nos politiques doivent être analysées par le prisme du réchauffement climatique

La ministre de l’Énergie a également réagi aux critiques sur l’absence de réaction du monde politique face à ces protestations en faveur du climat. « Nous étions à côté de la plaque lors de la COP 24 de Katowice », a-t-elle reconnu, au micro de Thomas Gadisseux.

Elle plaide ainsi pour une action concertée avec les trois ministres régionaux : « Si nous agissons ensemble, notre efficacité sera plus grande et nous pourrons donc augmenter nos ambitions en matière de climat ». Elle a également reconnu qu’une loi climat ou la création d’une agence interfédérale du climat, laquelle mettrait la politique climatique en avant de manière intégrée et transparente, ou une loi climat serait une réponse apportée aux appels des manifestants à faire du climat, une priorité numéro 1. « Nous devons mettre tous nos efforts là-dessus et toutes nos politiques doivent être analysées par le prisme du réchauffement climatique. »

Interpellée par Maria Del Priöré, étudiante de 16 ans participante à ces rassemblements pour le climat, sur comment la ministre peut influencer les multinationales à agir contre le réchauffement climatique, cette dernière appelle les jeunes à dialoguer avec les entreprises pour les aider à devenir plus durables. Elle a également rappelé que des mesures incitant les multinationales à faire des efforts existaient, citant, en exemple, la taxe sur les émissions de CO2.

Enfin, face aux critiques à l’égard du gouvernement de ne pas avancer assez vite face à l’urgence climatique, elle précise qu’il existe des politiques structurelles qui changent les choses, mais dont on ne voit pas assez les changements. « Nous voulons aller plus vite. Et avec la pression qui s’exerce, il y aura une prise de conscience de l’ensemble des ministres pour prendre toutes les mesures allant dans le sens de la lutte contre le réchauffement climatique ». D’après elle, « tous les ministres doivent prendre conscience de cette urgence. »

Les voitures de société, pas un tabou au MR

Pour la ministre libérale, « oui, il est possible pour le MR de revoir la fiscalité des voitures de société ». Elle a ainsi rappelé la mesure de son parti de libéraliser l’usage de la voiture de société afin de permettre à ses utilisateurs d’utiliser d’autres moyens de transport avec un budget équivalent à celui des voitures de société.

« Pas de risque de pénurie d’électricité »

Enfin, la ministre de l’Énergie a affirmé qu’il n’y avait plus aucun risque de pénurie d’électricité pour cet hiver. « Grâce à des capacités injectées dans Doel 4 et Tihange 3 et les 1000 mégawatts obtenus grâce à l’interconnexion avec l’Angleterre, nous avons les capacités nécessaires pour approvisionner la Belgique », a-t-elle garanti.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK