Marches pour le climat : la ministre flamande Joke Schauvliege dénonce un complot avant de se rétracter

La ministre flamande de l'Environnement Joke Schauvliege
La ministre flamande de l'Environnement Joke Schauvliege - © THIERRY ROGE - BELGA

Les marches pour le climat n'ont pas l'air de trop plaire à la ministre flamande de l'Environnement Joke Schauvliege (CD&V). Lors d'une réunion avec des agriculteurs, elle a clairement mis en doute la spontanéité du mouvement, avant de se rétracter, sur Twitter, vu l'ampleur des réactions.

Mais le mal semble être fait. Joke Schauvliege a bel et bien évoqué lors d'une réunion avec des agriculteurs en Flandre orientale l'hypothèse d'un complot. Un complot venant des organisations de la nature qui l'auraient prévenue lors de sa prise de fonction. Ce serait une vengeance : selon Joke Schauvliege, elle paierait le soutien du CD&V aux grandes manifestations agricoles qui avaient mené à la démission de Vera Dua. Cette ministre écologiste flamande avait voulu limiter l'épandage du lisier. Joke Schauvliege prétendait donc que le lobby écolo se venge aujourd'hui du lobby agricole.

Je n'ai pas voulu travestir la vérité mais je suis allée trop loin

Joke Schauvliege (CD&V), reconnaît, ce mardi, ne pas avoir eu de contact avec la Sûreté de l'État, contrairement à ce qu'elle avait affirmé au cours d'un discours, ce week-end, devant des membres de l'ABS, un syndicat agricole flamand. "Je m'excuse d'avoir tenu ces propos", a-t-elle déclaré dans l'émission De Ochtend sur Radio 1. "Je n'ai pas voulu travestir la vérité mais je suis allée trop loin", a-t-elle ajouté. "Ce discours n'est pas correct. Ces dernières semaines, j'ai peu dormi et je me suis laissé envahir par la frustration. Je suis un être humain et je peux me tromper", déclare-t-elle en admettant ne pas avoir eu de contact avec la Sûreté de l'État.

"Mais je n'ai pas menti. Je suis allée trop loin", ajoute-t-elle dans la foulée.

"C'est dommage que ces propos aient été tenus mais je peux présenter un beau palmarès en matière de climat et je voudrais poursuivre mon travail", estime encore la ministre qui a eu un entretien sur le sujet avec son président de parti, Wouter Beke. "Il trouve également dommage que ce discours ait eu lieu", selon Joke Schauvliege.

"Les propos de la ministre de l'Environnement sur les manifestations pour le climat et la Sûreté de l'État sont malheureux mais c'est bien qu'elle se soit excusée", a de son côté réagi le ministre-président flamand Geert Bourgeois.

Quant à Anuna De Wever, l'étudiante à l'origine des "Jeudis pour le climat", elle a assuré vouloir continuer à travailler avec la ministre, "malgré ses mensonges", afin de définir une politique climatique plus ambitieuse.

Journal télévisé 31/01/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK